Rennes - Udinese - Yassine Jebbour
Yassine Jebbour (Rennes) et Pablo Estifer Armero (Udinese) | AFP - DAMIEN MEYER

Rennes concède le nul contre l'Udinese

Publié le , modifié le

Sans la moindre victoire depuis le début de la compétition, Rennes avait l’obligation de s’imposer en recevant l’Udinese lors de la 5e journée de Ligue Europa pour continuer l’aventure. Pourtant devant leur public les hommes de Frédéric Antonetti ont concédé un nul (0-0) et quittent la compétition. Entre la L1 et la Ligue Europa, les Rennais avaient choisi. Dans les autres matchs de la soirée, Tottenham s'est incliné à Salonique (2-1) et est proche de la sortie.

Frédéric Antonetti (entraîneur du Stade Rennais): " La première mi-temps a été triste, on n'a rien tenté, rien  osé, on était timide. Les regrets, ce n'est pas sur ce soir mais sur le match  aller et les autres rencontres, car si on avait réussi nos autres matches, avec le nul de ce soir on aurait dû se qualifier."

On aurait pu les croire survoltés par l’enjeu. Transcendés par la volonté d’accrocher au moins une victoire dans cette compétition après quatre échecs en autant de journées. Pourtant, devant leur public de la Route de Lorient, les Rennais ont peiné à déployer leur jeu et ont concédé le nul (0-0) synonyme d’élimination de la Ligue Europa. L'Udinese, lui jouera sa qualification contre le Celtic Glasgow le 15 décembre tandis que Rennes retrouvera l'Atletico Madrid, déjà qualifié. 

Les premières minutes de la rencontre donnaient le ton du match. Englués au milieu de terrain, les Bretons enchaînaient difficilement les passes et c’est en toute logique que l’Udinese, troisième de Serie A, mit la main sur le match. Antonio Floro Flores se procurait la première action du match à la 13e min. Bien aidé par le dégagement complètement raté de Jebbour, l’avant-centre italien se retrouvait seul face à Costil et plaçait son plat du pied sur le poteau. L’emprise de l’Udinese n’allait pas se relâcher. A la 27e min, il fallait une parade inspirée du portier breton pour maintenir les deux équipes à égalité après une belle tentative de Fabbrini.

"On est beaucoup trop timides"

Francesco Guidolin (entraîneur de  l'Udinese) : "Ce groupe I est très dur. On a rencontré toutes les équipes et je peux dire qu'il est compliqué et costaud pour nous, l'Udinese. Nous ne sommes  pas le Bayern ou Barcelone."

"On est beaucoup trop timides, synthétisait Antonetti à la pause. On n'a pas assez osé. Il va falloir rectifier ça à la mi-temps." Pourtant son discours à la pause fut loin de faire l’effet d’un électrochoc. La réaction rennaise se fit attendre… jusqu’à la 55e min ( !) et le tir au dessus du cadre de Pajot après une action hasardeuse dans la défense italienne.

Si Rennes a mis un peu plus d’envie en seconde période, jamais la formation bretonne n’a semblé pouvoir prendre les commandes du match. La dernière occasion à la 90e min, cafouillée dans la surface, symbolisait bien l’impuissance des Rouge et Noir. Quasiment perdu pour la Ligue Europa avant cette journée mais 4e du championnat, Rennes avait, semble t-il, déjà fait son choix.

Tottenham joue avec le feu

Dans les autres groupes, Tottenham a concédé une défaite surprenante contre le PAOK Salonique (2-1). Les Spurs n'ont désormais plus leur destin en main dans cette compétition. Ils sont désormais dans l'obligation de l'emporter lors de la dernière journée contre les Shamrock Rovers et espérer un échec du Rubin Kazan à Salonique. Pire, ils devront inverser une différence de buts largement défavorable (+1 pour Tottenham) contre (+6 pour Kazan), autant dire une mission quasi-impossible.

Tout va bien en revanche pour Liège qui s'est imposé sans difficulté contre Hanovre (2-0). La formation belge prend ainsi la tête du groupe du groupe B. Sans conséquence puisque les deux formations sont qualifiées pour la suite de la compétition.