La joie du Celtic Glasgow
La joie du Celtic Glasgow contre Rennes en Ligue Europa | GRAHAM STUART / AFP

Rennes battu 3-1 au Celtic Glasgow

Publié le , modifié le

C'est sans espoir ! Sauf miracle, Rennes ne dépassera pas la phase de poules de la Ligue Europa après sa défaite 3-1 au Cletic Glasgow. Les Bretons avaient encore ouvert le score (Mangane 2e) mais Stokes leur a fait payer au prix fort la moindre erreur défensive (30e, 43e). Hooper a clôturé le score mais les visiteurs n'y étaient déjà plus... Dans l'autre match, le large succès de l'Atletico Madrid sur l'Udinese 4-0 relance le groupe I ...sauf pour les Rennais.

Gagner ou pas ? Une question qui taraude le Stade Rennais sur la scène continentale. Une vraie obsession qui ne demandait qu'à être effacée, à Glasgow ou ailleurs. Les Bretons savent ouvrir le score et le montraient à nouveau. Premier corner tiré par Féret et stupeur dans le Celtic Park : Mangane transperçait les filets d'une tête puissante (0-1, 2e). Rennes savait ce qu'il lui restait à faire ; combattre ses vieux démons en conservant son avantage. Pas vraiment transcendant, Glasgow ne semblait pas être en mesure d'apporter le danger sur le front de l'attaque. Depuis le début du match, c'était plutôt "Costil croisière" pour le gardien rennais.

Mais avec le Celtic, il y a toujours un moment où ça tangue. A la barre, Forrest s'avançait et frappait fort. Pour son premier arrêt, Costil repoussait dans les pieds de Stokes qui n'avait plus qu'à pousser la balle au fond des filets (1-1, 30e). L'égalisation était sévère pour Rennes mais elle en rappelait tellement d'autres en Ligue Europa. Et le pire était à venir sur un dégagement dévié de la tête par Samara. Lancé vers le but, ce diable vert de Stokes doublait la mise (2-1, 43e). Deux erreurs et deux buts, Frédéric Antonetti pouvait s'arracher les cheveux.

Les regrets éternels ne s'effacent pas si facilement. Eternels… Malgré les trois entrées de Doumbia, Hadji et Montano, Rennes n'arrivait pas à se sublimer. La belle maîtrise de la première mi-temps avait, elle, disparue et c'était maintenant le Celtic qui déroulait. Rennes devenait fataliste : il n'y aura que de la Ligue 1 au pied du sapin. Pour la Coupe d'Europe, même s'il reste encore deux matches à jouer, ce sera pour une autre fois. Presque sans surprise, les Ecossais enfonçaient une dernière fois le clou sur un contre. Samara servait idéalement Hooper qui trompait Costil de sang froid (3-1, 82e). M'Vila prenait lui son deuxième carton jaune... Allez, on ferme !

Réactions

Frédéric Antonetti (entraîneur de Rennes, au micro de Canal + Sport): "Leurs deux premiers buts coupent notre élan. Ces deux buts changent tout. On ne peut pas faire des erreurs comme ça. Benoît Costil (le gardien de Rennes, ndlr) n'a pas eu à faire un arrêt: ils (les joueurs du Celtic) tirent quatre fois et marquent trois fois. Après, on essaie de revenir mais on est pris en contre. C'est l'apprentissage de la Coupe d'Europe. Il y a un apprentissage à faire de la haute compétition. C'est ce genre de match qui va nous faire progresser. Car le football ce n'est pas que des passes. Il faut de la concentration et de la rigueur. On a manqué de créativité. La qualification est très compromise, c'est sûr. On est rentré un peu naïvement dans cette compétition et, petit à petit, on s'est aperçu qu'on pouvait faire quelque chose. Mais trop tard."