Rémi Garde
L'entraîneur de l'OL, Rémi Garde | AFP - CRISTINA QUICLER

Rémi Garde veut que l'OL produise du jeu

Publié le , modifié le

Aphone sur la scène européenne depuis trois matches et avec une seule victoire lors de ses 9 dernières rencontres, l'OL de Rémi Garde n'est pas au mieux: " Nous sommes tous conscients que nous ne sommes pas au niveau que nous avions en début de saison", concède l'entraîneur. A la veille de recevoir en Ligue Europa les Portugais de Guimares, il demande: "Pour l'emporter, il faudra produire du jeu. Il faut être bon."

- Lyon est-il favori contre Vitoria Guimaraes ?
Rémi Garde:
"Logiquement, l'Olympique lyonnais est favori de ce match par le passé  de notre club. Les moyens économiques des deux clubs sont différents (8 M EUR  pour Vitoria, 120 M EUR pour l'OL). Il me paraît tout à fait logique de placer  Lyon comme favori. Maintenant, le sport reste plein d'incertitudes. Jeudi, ce  sera un match assez serré et disputé. Que l'on soit favori ou challenger, cela  ne change rien pour nous. Nous sommes très motivés. Nous sommes dans une autre  compétition par rapport au championnat dans lequel nous sommes contraints de  faire le dos rond et dans lequel nous avons quelques difficultés. Cette  rencontre d'Europa league est l'opportunité de faire autre chose et de prouver  que nous pouvons mieux faire que ce que nous venons de réaliser dernièrement".
   
- Lyon n'a pas marqué depuis trois matches européens, ni même samedi  contre Lille. Attendez-vous que votre équipe se lâche un peu offensivement ?
R.G.:
"J'ai toujours dit que le résultat dépendait sur le moyen et le long  terme sur le contenu du match. Evidemment, comme tout entraîneur, je suppose,  j'aimerais qu'au bout de 90 minutes, constater que nous avons gagné, que nous  avons livré un bon match, sans déplorer de blessé, que tout ce soit bien passé.  Avant d'avoir ce tableau idéal, il faut surtout penser à gagner chez nous.  C'est très important. Je pense fortement que pour l'emporter, il faudra  produire du jeu. Il faut être bon. Nous allons nous attacher à élever notre  niveau de jeu. Nous sommes tous conscients que nous ne sommes pas au niveau que  nous avions en début de saison, pour différentes raisons. Nous faisons le dos  rond, du surplace. Nous ne sommes pas aussi productifs que nous voudrions  l'être. Il faut en être conscients à l'intérieur du groupe. Ca, c'est fait. La  seconde étape est de tenter de faire mieux. Demain, c'est l'occasion".
   
- A l'heure d'affronter un club portugais, l'indice UEFA de la France sur  le Portugal entre-t-il en considération ou pas du tout ?
R.G.:
"Vous parlez de sujets de motivation ? Chaque chose en son temps. Je  pense que l'OL a largement oeuvré dans le passé à l'indice UEFA des clubs  français. Aujourd'hui, nous sommes un peu plus concentrés sur notre club.  Evidemment, nous sommes conscients qu'un bon résultat, face à un concurrent  direct pour cet indice, pourra améliorer cet indice. Mais, sincèrement, ce  n'est pas la grande préoccupation du moment".

AFP