Europa Ligue Séville PSG Nene 092010
Nene dans la tenaille des joueurs de Séville | AFP - Jorge Guerrero

Paris piège Séville

Publié le , modifié le

Le Paris-Saint-Germain a réalisé une belle opération en allant s'imposer chez un concurrent direct, le FC Séville (1-0), lors de la première journée des phases de poules. Bien servi par Luyindula, le Brésilien Nene a inscrit l'unique but de la rencontre à l'entame du dernier quart d'heure. Dans l'autre rencontre du groupe J, les Ukrainiens de Lviv se sont inclinés 4-3 contre les Allemands de Dortmund.

Nostalgique de ses glorieuses années 90 en Europe, le Paris SG est allé chercher un beau succès sur la pelouse du FC Séville (1-0), double vainqueur de la C3, pour ses débuts en Europa League jeudi (groupe J). Alors qu'on lui prédisait une chaude soirée au stade Sanchez-Pizjuan, le PSG a parfaitement géré l'événement, faisant jeu égal, voire mieux, avec le SFC (Sevilla futbol club) de Luis Fabiano et Jesus Navas. L'équipe d'Antoine Kombouaré, sans doute rassurée par son large succès du week-end contre Arles-Avignon (4-0), ne s'est pas contentée de subir.

Après une nette domination ibère, le PSG se procurait ainsi sa meilleure occasion à la 27e minute, Chantôme mettant au dessus un très bon centre en retrait de Nene qui avait débordé son défenseur. Dans la foulée, Cigarini tentait sa chance des 25 m mais le ballon passait à gauche de la cage d'Edel. Juste avant qu'Erding, parfaitement lancé par Luyindula, manque son tir croisé seul face à Palop. Le Turc butait encore sur le gardien espagnol après un beau numéro hélas encore infructueux pour l'attaquant parisien en manque de confiance ces derniers temps. Les Parisiens, bien organisés, regagnaient les vestiaires sur ce score de parité logique même si les Andalous avaient dominé territorialement (Edel n'ayant pas eu d'arrêtes très compliqués à effectuer).

La seconde période a démarré plus lentement. A l'heure de jeu, Capel, démarqué au second poteau, trouvait le petit filet du but d'Edel, lobé par le centre venu de la droite. Le FC Séville dominait les débats mais Paris résistait sans trop de problèmes. Et ce sont même eux qui ouvraient le score à un quart d'heure de la fin: Chantôme alertait Luyindula en profondeur, l'ancien Strasbourgeois décalait Nene lancé seul sur l'aile gauche. Le tir de l'ancien Monégasque était contré par Caceres revenu in extremis mais la trajectoire lobée trompait Palop et faisait trembler les filets sévillans (0-1, 76e). Les Parisiens tenaient un précieux succès sur le terrain du favori du groupe et ils se battaient comme des lions pour conserver ce court avantage. La fin de rencontre était chaude, les entrées de Makelele puis Sakho permettant au PSG de résister jusqu'au bout à la (petite) furia andalouse.

Réactions

Antoine Kombouaré (entraîneur du  Paris SG): "J'aurais été très frustré de repartir avec un 0-0. Il y a eu une  énorme solidarité. En première mi-temps nous avons eu les meilleures situations.  Mais on ne s'est pas découragé. C'est une victoire largement méritée. Séville a  eu beaucoup de soucis mais parce qu'on a fait un grand match. On a super bien  défendu. Plus le match se déroulait, plus on a pris l'asendant. On a fini le  travail. Le but marqué par Nenê c'est la récompense du travail fourni pendant  tout le match. Le score aurait pu être plus large car on a vraiment eu beaucoup  d'occasions. A la fin du match je ne dis pas que c'est une surprise de gagner  ici. Dans le jeu, on a bien verrouillé. Je peux vous dire qu'à la mi-temps on  est frustré de rentrer avec un 0-0. Il y a l'envie de bien figurer dans cette  compétition et l'envie de revenir d'ici avec un résultat positif. Les joueurs  ont répondu présent aujourd'hui, bravo à eux. Enfin j'ai un groupe plus  consistant et ce sont les meilleurs qui jouent. C'est la performance collective  d'ensemble qu'il faut féliciter. La concurrence est fantastique quand les  joueurs acceptent les choix".

Siaka Tiéné (défenseur du Paris SG):  "Gagner à Séville ça fait vraiment plaisir. On ne peut qu'être content de ce  résultat. C'est une continuité. Il faut avancer match après match. Il y a eu  Arles, maintenant Séville, après il y aura Rennes. On apprend. Je me sens de  mieux en mieux (dans cette défense). Ca se passe super bien".

Antonio Alvarez (entraîneur du FC  Séville): "En première période nous avons eu plus le ballon mais on manquait de  présence en attaque. C'est pour ça que j'ai fait entrer Kanouté, pour être plus  présent. Mais c'est l'inverse qui s'est passé et je suis le principal  responsable. C'est un faux-pas, pas un désastre. Un mauvais match. Je me suis  trompé sur certaines choses et j'assume mes responsabilités. Cela m'inquiète  mais je suis capable d'analyser la situation et de prendre des décisions".