Paris perdu à Salzbourg

Paris perdu à Salzbourg

Publié le , modifié le

Le Paris-Saint-Germain s'est incliné 2-0 sur la pelouse du Red Bull Salzbourg lors de la 5e journée de la phase de groupes de la Ligue Europa. Les buts de Jantscher (20e) et Svento (94e) permettent aux Autrichiens de se relancer dans la course à la qualification, à hauteur du PSG (7 pts), derrière l'Athletic Bilbao, vainqueur du Slovan Bratislava 2-1 et qualifié. Les Parisiens, qui recevront les Basques le 14 décembre, devront faire mieux que Salzbourg pour passer.

Le mal est profond. Le PSG a sombré ce jeudi à Salzbourg en perdant logiquement (2-0) après son succès (3-1) du match aller contre la modeste formation du Red Bull. L'avantage procuré par cette différence de buts favorable permet aux Autrichiens d'espérer la qualif. Il faudra aux Parisiens livrer une meilleure partition que ce soir pour accéder aux huitièmes de finale. La victoire contre Bilbao sera presque impérative. Mais il faudra surtout espérer que Bratislava partage (au moins) les points contre Salzbourg. Et la pauvreté du spectacle offert par le club de la capitale n'incite guère à l'optimisme.

Pour ce match décisif, Antoine Kombouaré avait choisi de revenir à un PSG 2010-2011 avec Clément Chantôme de retour de blessure, au milieu, et Mathieu Bodmer au milieu au soutien de Mevlut Erding, dans un 4-2-3-1 sans Gameiro, remplaçant. Sirigu était sur le banc, remplacé par Douchez. Menez et Pastore n'étaient même pas là.

Amorphes en première période

Dès la 3e minute, le PSG se procurait sa première occasion, une remise de Jallet en retrait pour Sissoko qui dévissait son tir. A la 10e minute, Leonardo inquiétait Douchez qui effectuait un arrêt en deux temps. Les Parisiens, un peu apathiques, laissaient les Autrichiens mener le jeu malgré un tir de Nene trop enlevé (18e). Dans la foulée, Salzbourg ouvrait la marque sur une magnifique reprise de volée signée Jantscher, esseulé au second poteau après un superbe centre de l'extérieur du pied de Leitgeb (1-0, 20e).

Antoine Kombouaré: "Les joueurs étaient abattus dans le vestiaire et c'est une attitude qui me plait. Ca veut dire qu'ils sont concernés. Maintenant, j'aurais préféré qu'ils le montrent sur le terrain et qu'on ramène un résultat. C'est une défaite au goût amer. Il y a un manque de réussite et de confiance. On doit se faire plus mal. Je vois de la fébrilité chez mes joueurs. Quand ça baigne, tout le monde veut jouer. Mais c'est dans ces-moments-là qu'on voit les hommes, ceux qui ont du caractère".

Juste après, une erreur de main du portier français aurait pu être fatale à l'équipe de la capitale, amorphe. Les joueurs du Red Bull pressaient fort et récupéraient le ballon dans le camp parisien. Jantscher prenait sa chance de loin et Douchez manquait de marquer contre son camp. A la 28e minute, Erding filait au but mais il croisait et écrasait trop son tir. Puis une tête de Zarate passait juste à côté de la cage de Douchez. Paris frisait la correctionnelle avant la pause lorsque Zarate en chaînait contrôle-tir mais le ballon frôlait le poteau droit du but des visiteurs (34e). A la 40e, l'ancien gardien de Rennes s'interposait de nouveau sur une frappe lointaine de Svento. Le PSG réagissait sur un tir travaillé de Nene, bien sorti par Walke, puis sur une tête de Camara qui passait de peu à droite. Avant que Jallet, à l'entrée de la surface, ne rate le cadre à l'ultime minute.

Insuffisants en seconde...

Dès l'entame de la seconde période, les hommes d'Antoine Kombouaré réagissaient et manquaient d'obtenir un penalty sur un tir contré de Chantôme. La rentrée du jeune attaquant Bahebeck (à la place de Jallet) permettait à Paris de monter d'un cran à tous les niveaux, sur le terrain comme dans le jeu. A la 65e minute, un bon tir de Mevlut Erding passait juste à côté. Dans la foulée, les Autrichiens inquiétaient encore Douchez sur un tir puissant de Leitgeb bien capté. Avant un superbe arrêt de Walke sur un tir du gauche du remuant Bahebeck, bien décalé par Nene.

Mais Paris ne parvient pas à imposer son jeu. Tout ça manque de relief, de percussion, de spontanéité pour inquiéter la défense locale, assez sereine. A l'image d'un tir beaucoup trop enlevé de Bahebeck (80e). Dans les dernières minutes, Paris poussait et Walke sortait un tir dangereux de Gameiro. Le PSG venait de rater le but de la qualif et il allait prendre quelques minutes plus tard celui qui pourrait bien l'éliminer. Dans les arrêts de jeu, Svento parvenait à décocher une volée du gauche parfaite au second poteau pour fusiller Douchez (2-0). La messe était dite. Mais on parlera plutôt d'un Requiem pour un PSG mort-vivant. 

Raul qualifie Schalke

L'Espagnol Raul, à 34 ans, a écrit une nouvelle page de son histoire avec le 74e but de sa carrière en compétitions de clubs européennes, record en la matière, qui a permis à son club Schalke O4 de se qualifier pour les 16e de finale de l'Europa League jeudi (groupe J). Et le club de Raul, après sa victoire 2 à 1 contre le Steaua Bucarest, est assuré de terminer premier de sa poule avec cette victoire et donc d'être tête de série pour le tirage au sort.

Grégory Jouin @GregoryJouin