Michel OM
Michel. | BERTRAND LANGLOIS / AFP

OM : Michel n'a "rien à reprocher" à ses joueurs

Publié le , modifié le

"Que puis-je leur reprocher? Rien". L'entraîneur de l'Olympique de Marseille, Michel, a défendu ses joueurs, incapables de marquer un but malgré de très nombreuses occasions et battus par le Slovan Liberec, jeudi pour la 2e journée de Ligue Europa.

Comment pouvez-vous perdre ce match?
Michel: "Nous nous sommes créé beaucoup d'occasions de but, elles reflètent notre jeu. Mais en ce moment le ballon passe toujours de l'autre côté. Nous avons tiré 25 fois au but (24, plus 7 frappes contrées, selon les chiffres Uefa, ndlr), je ne peux pas demander plus aux joueurs. Si, de la précision, mais ce n'est pas quelque chose qui se commande."

Est-ce un problème mental, alors?
M : "Non, une équipe qui n'aurait pas un mental fort ne jouerait pas comme elle l'a fait ce soir. Notre mental serait meilleur avec une victoire, mais dans le foot tout change très vite."

Qu'allez-vous faire, à quatre jours du match contre le PSG?
M : "Nous cherchions des solutions, et je crois qu'aujourd'hui nous en avons trouvé, nous avons proposé un foot suffisamment intéressant pour gagner ce match, mais évidemment le résultat nous laisse cette sensation désagréable. Puis-je reprocher quelque chose aux joueurs? Sincèrement non, puis-je me reprocher ma composition, je pense que non. Mais on a perdu, les conséquences sont forcément négatives. J'insiste, que puis-je leur reprocher: rien."

Donnez-nous une bonne raison de croire à une victoire au PSG?
M : "Les 30 et quelques (31, ndlr) occasions que nous nous sommes créées. Liberec a gagné ici, on peut bien gagner au PSG. Je suis certainement encore plus inquiet que vous car c'est mon travail, je dois maintenir le moral de mon équipe le plus haut possible. Mais je pense vraiment que l'équipe a bien joué ce soir."

Vous avez connu les Clasicos Barcelone-Real. PSG-OM rivalise-t-il?
M : "Bien sûr que oui! Je ne vais pas manquer de respect à ce Clasico, on va le jouer comme tout clasico, français ou espagnol. Dans les Clasicos les favoris n'existent pas."

Regrettez-vous vos propos de mercredi sur la mentalité des joueurs français?
M : Mais je n'ai rien affirmé, j'ai juste soulevé des questions."

Pouvez-vous commenter la convocation en Bleu de Lassana Diarra?
M : "C'est la seule bonne nouvelle de la journée. Que Lass retrouve l'équipe nationale montre la qualité du joueur et son importance dans le foot français."