Michel (OM)
Michel, l'entraîneur de l'Olympique de Marseille | PHILIPPE LAURENSON / BLUEPIX / DPPI media

OM-Athletic Bilbao: les maux que l'OM veut oublier

Publié le , modifié le

Pour sa rencontre aller des seizièmes de finale de la Ligue Europa, l'Olympique de Marseille est opposé à l'Athletic Bilbao, 7e de Liga, ce jeudi soir au Vélodrome. Un stade inhospitalier pour l'équipe de Michel à la recherche d'efficacité offensive et qui doit faire face à une cascade de joueurs indisponibles.

En difficulté au Vélodrome

Depuis le 13 septembre 2015, l’Olympique de Marseille n’a gagné que trois fois à domicile (Braga, Groningue et Montpellier) et toujours dans une autre compétition que la Ligue 1 (Ligue Europa et Coupe de France). Voilà qui pourrait rassurer les supporters phocéens puisque ce jeudi soir, l’OM opère sur la scène continentale. Oui mais tout de même, trois succès sur quinze rencontres, c’est bien peu et ça joue sur la confiance de l’équipe et sur l’amour des supporters qui déserteront le Vélodrome ce jeudi soir.

Malgré l’expérience des Mandanda, Nkoulou, Lass Diarra ou Isla, la formation de Michel ne parvient pas à briser le signe indien ou simplement à afficher de la maîtrise sur sa pelouse. Paradoxalement, ça a pu être le cas sur certaines périodes face au Paris Saint-Germain. En fond, une évidence : l’OM est meilleur quand il n’a pas la pression de faire le jeu – sur ce plan-là, Michel n’a pas encore trouvé la bonne formule et on se demande s’il la trouvera un jour – et quand il peut évoluer en contre. C’est d’ailleurs pour ça que les Olympiens figurent sur le podium de Ligue 1 à domicile. Face au 7e de Liga, l’Athletic Bilbao, difficile de dire que l’OM part favori. Un mal pour un bien ?

Une cascade d’absents

Dja Djédjé, Mendy, Lucas Silva, Diaby, Cabella et Ocampos voilà la liste des joueurs dont Michel devra se passer – pour des raisons différentes – pour le match aller des seizièmes de finale de la Ligue Europa. Pour Lucas Silva et Abou Diaby, l'explication est simple : ils ne sont pas inscrits sur la liste transmise par le club à l’UEFA, le premier parce qu’il ne rentre plus vraiment dans les plans de Michel, le second parce que l’OM aimerait déjà pouvoir s’en servir en Ligue 1. Pour Rémy Cabella, il s’agit d’une suspension qui devrait profiter à Abdelaziz Barrada pour le poste de titulaire derrière l'attaquant. L’absence de Brice Dja Djédjé, touché à la cuisse et absent des terrains pendant trois semaines, modifiera dans les grandes largeurs le onze olympien. Mendy lui aussi blessé, Manquillo restera à gauche et c’est Mauricio Isla – qui forme une paire efficace au milieu avec Lass Diarra – qui viendra se positionner à droite de la défense. Aussi, Alaixys Romao, dont Michel loue régulièrement la  polyvalence, sera titulaire.

Une inefficacité chronique​

Sur ses cinq derniers matches contre des formations de son niveau (sans faire injures à Trélissac), l’OM a, à chaque fois, marquer. Oui c’est vrai, mais à une seule reprise. Suffisant pour dominer Montpellier mais insuffisant pour battre Lille, Lyon, le PSG ou Nice. Si le jeu olympien manque de précision depuis le début de saison, un homme est montré du doigt dans le secteur de l’efficacité et cristallise toutes les critiques : Michy Batshuayi. Face à l’OGC Nice, dimanche dernier, l’attaquant belge de l’OM n’a pas mis son équipe à l’abri et n’est pas parvenu non plus à lui offrir la victoire. Auteur de dix buts sur les 15 premières journées, "Michy" n’a fait trembler les filets qu’à deux reprises depuis. Parfois nonchalant et agaçant, Batshuayi a pour autant sans doute des circonstances atténuantes, une tout au moins : son temps de jeu. Avant l’arrivée de Steven Fletcher en toute fin de mercato d’hiver, le Belge était le seul "9" de l’effectif olympien. C’est pourquoi, Michel pourrait décider de titulariser Fletcher à la pointe de l’attaque ce jeudi soir. L’attaquant écossais a dit avoir "hâte de disputer ce match" au micro d’OM TV. Le public du Vélodrome a lui hâte de voir un attaquant efficace. Deal ?