Des incidents autour du Parc Ol avant Lyon - Besiktas
Des incidents autour du Parc Ol avant Lyon - Besiktas Istanbul | PHILIPPE DESMAZES / AFP

OL - Besiktas : les deux clubs exclus en cas de nouveaux incidents dans les deux prochaines années

Publié le , modifié le

L'UEFA a annoncé l'exclusion de Lyon et Besiktas des prochaines compétitions européennes avec un sursis de deux ans. Une sanction suite aux heurts entre supporters turcs, lyonnais et la police lors du match de Ligue Europa jeudi dernier. Au cours des deux prochaines saisons, tout débordement sera donc sanctionné d'une exclusion. Les deux clubs recoivent également une amende de 100 000 euros, ferme cette fois.

L'instance disciplinaire de l'UEFA a infligé mercredi aux clubs de Lyon et Besiktas une suspension de la prochaine compétition européenne pour laquelle ils se qualifieraient, assortie d'un sursis de deux saisons, à la suite des graves incidents qui s'étaient produits jeudi dernier en quarts de finale aller de l'Europa League. Un incident qui surviendrait lors des deux prochaines compétitions européennes de Lyon et Beskitas enclencherait la sanction. La commission de discipline, qui a reconnu les supporters des deux clubs "responsables" des violences survenues lors de la rencontre, a également condamné l'OL et Besiktas à une amende de 100.000 euros.

Décines décimé

Des procédures disciplinaires avaient été ouvertes vendredi par l'instance après les violences dans les tribunes et l'envahissement du terrain lyonnais par des spectateurs lors du match remporté par Lyon 2-1. Lyon, qui peut faire appel de cette décision, est tenu responsable d'une "organisation insuffisante" concernant la "séparation" des fans turcs et lyonnais. Il est également reproché au club français l'envahissement de la pelouse par des supporters "après le deuxième but de l'Olympique Lyonnais". Besiktas est sanctionné de son côté notamment pour des "jets de projectiles" par ses supporters et des "troubles" dans le public.
Le match, qui s'est joué au parc OL à Décines-Charpieu, aux portes de Lyon, avait débuté avec trois-quarts d'heure de retard en raison de l'envahissement de la pelouse par des dizaines de supporters lyonnais du virage Sud. Ces derniers voulaient alors se protéger des projectiles et des pétards lancés depuis le haut des tribunes.

Des affrontements avaient débuté aux abords du stade deux heures avant la rencontre entre fans des deux équipes et des bagarres ont ensuite éclaté dans les tribunes. Quelque 15.000 à 20.000 supporters turcs, pour la plupart venus de France ou de pays voisins, étaient disséminés au milieu des 35.000 spectateurs lyonnais, en plus des 3000 Stambouliotes installés dans le parcage visiteurs. Le match retour est programmé jeudi à 21H05 locales (19h05 GMT) à Istanbul et il est prévu qu'aucun supporteur lyonnais ne puisse y assister.

Aulas : "Une décision équitable"

"C'est une décision équitable", a commenté mercredi le président de Lyon Jean-Michel Aulas, dont le club a été frappé d'une exclusion de toute compétition européenne avec sursis, pendant une période probatoire de deux ans, après les incidents du quart de finale aller d'Europa League jeudi dernier contre Besiktas.
"On verra si on fait appel. Mais en première analyse, c'est une sanction qu'on assume", a livré "JMA" sur les médias du club. "On respecte la décision de l'UEFA. Il y a eu des débordements et on a eu une part de responsabilité", conclut M. Aulas.

AFP