Gonzalo Higuain Naples Ricardo Rodriguez Wolfsburg
Gonzalo Higuain (Naples) devance Ricardo Rodriguez (Wolfsburg) | RONNY HARTMANN / AFP

Naples braconne les Loups de Wolfsburg

Publié le , modifié le

Naples a piégé une équipe de Wolfsburg apathique en quart de finale aller de la Ligue Europa (1-4). Dans les autres matchs de la soirée, bonne opération également pour la Fiorentina qui a arraché le match nul dans les arrêts de jeu à Kiev (1-1) tandis que le FC Séville a battu Saint-Pétersbourg (2-1). Enfin tout reste à faire entre Bruges et Dniepropetrovsk (0-0).

Même si elle a pris du plomb dans l'aile ces dernières années, l'efficacité à l'Italienne a encore de belles heures devant elle. Wolfsburg l'a appris à ses dépens. Pour avoir relâché quelques secondes leur attention, les actuels deuxièmes de Bundesliga ont plus que compromis leurs chances d'accéder aux demi-finales de la Ligue Europa. Leur jeu alerte, celui qui avait permis de sortir l'Inter Milan au tour précédent, s'est cette fois heurté à la muraille napolitaine. Les hommes de Benitez avaient visiblement parfaitement préparé leur affaire. Repliée dans son camp, la formation transalpine attendait l'occasion de piquer en contre. Celle-ci intervenait dès la 15e minute avec cette longue ouverture de Mertens à destination de Higuain qui s'aidait de la main pour contrôler et enchaîner une volée victorieuse !

Rien à dire en revanche sur cette passe lumineuse de l'Argentin quelques minutes plus tard. A la conclusion de l'inspiration de Higuain, Hamsik doublait la mise et coupait le moteur de la Volkswagen Arena (0-2, 23e). Les quatrièmes de la Serie A n'avaient plus qu'à gérer cet avantage précieux, et ça, une équipe italienne saura toujours le faire. Mieux encore, une passe mal assurée de Guilavogui offrait à Callejon un boulevard au bout duquel l'Espagnol servait Hamsik pour son doublé et le 3e but napolitain (0-3, 64e). Le calvaire n'était pourtant pas terminé pour les "Loups", qui oubliaient totalement Gabbiadini, à peine entré en jeu, et qui marquait de la tête le but de l'humiliation (0-4, 77e). Et ce n'était pas cette réduction du score, certainement purement anecdotique, de Bendtner qui allait changer la donne. Sauf miracle, Wolsburg ira en Italie pour voir Naples et mourir. 

Séville intraitable à domicile

Dans l'autre choc de ces quarts de finale, le FC Séville a montré de  l'orgueil pour renverser une situation compromise sur sa pelouse, alors que le  Zenit avait ouvert le score en première période par Ryazantsev, qui s'y est  repris à deux fois pour battre Rico. Bacca a égalisé à vingt minutes du terme, avant que Suarez n'offre en fin  de match la victoire aux Andalous, qui défendront chèrement leur titre jeudi  prochain en Russie. Pour les Russes, une qualification reste possible, même si deux séries en  sa défaveur se sont prolongées à Séville, avec désormais ce huitième succès des Andalous à domicile en coupe d'Europe, et cette huitième défaite du Zenit face  à un club de la Liga.

De son côté, la Fiorentina a préservé ses chances en égalisant dans les  derniers instants à Kiev sur le terrain du Dynamo qui s'acheminait vers une  victoire "à l'italienne" après le but de Lens contre le cours du jeu en  première période. Mais Babacar a finalement récompensé dans les arrêts de jeu  la Viola, qui devra finir le travail au match retour. Enfin, Bruges a dominé Dniepropetrovsk mais sans concrétiser ses rares occasions (0-0). Tout reste à faire pour le club belge, le seul invaincu dans cette C3, chez des Ukrainiens solides.

Julien Lamotte