Monaco-Anderlecht
Comme Lyon face à La Gantoise, Monaco a subi la loi des Belges d'Anderlecht | VIRGINIE LEFOUR / BELGA MAG / BELGA

Monaco-Anderlecht: l'ASM subit la loi belge

Publié le , modifié le

Une victoire aurait suffi à Monaco pour assurer sa qualification pour les 16es de finale de la Ligue Europa mais l'ASM a chuté à domicile face à Anderlecht (0-2) et compromet grandement son avenir européen. Les Monégasques ont dominé mais Gillet, juste avant la pause, et Achampong en fin de match ont été plus efficaces. Monaco n'a plus son destin en mains et il faudra un miracle à Tottenham lors de la dernière journée pour que les hommes de Leonardo Jardim atteignent les 16es de finale.

Décidément les Belges ne réussissent pas aux clubs français cette semaine. Après l'élimination de toutes compétitions européennes de l'Olympique Lyonnais suite à sa défaite face à La Gantoise à domicile mardi, c'est l'AS Monaco qui voit son avenir européen devenir très flou après le revers concédé à Louis II face à Anderlecht (0-2). Si les Monégasques ont eu les meilleures occasions, ils se sont heurtés pendant 90 minutes au portier belge, Sylvio Proto. De l'autre côté, Gilet puis Aechampong n'ont pas tremblé face à Subasic pour placer Anderlecht en très bonne position avant la dernière journée de la phase de groupes de la Ligue Europa. Un succès face à Karabagh suffira aux Belges pour se qualifier pour les 16es de finale. Pour Monaco, un succès à Tottenham, déjà qualifié, sera la condition sine qua non tout en espérant qu'Anderlecht ne l'emporte pas en Azerbaïdjan.

Proto, le mur

La défaite est cruelle pour Monaco qui a dominé globalement la rencontre mais en faisant preuve d'une incroyable maladresse dans le dernier geste. Ou pour être plus précis en tombant sur un excellent Sylvio Proto dans les buts d'Anderlecht. Les Monégasques ont frappé 16 fois aux buts et par six fois ils ont trouvé le gardien belge sur leur route. L'ASM a aussi touché par deux fois les montants. A l'inverse, Anderlecht n'a frappé que cinq fois pour deux buts. D'abord par Guillaume Gillet, l'ancien joueur de Bastia, dans les arrêts de jeu de la première période, puis par Franck Acheampong, le Ghanéen, au plus fort de la poussée monégasque à l'aube dès dix dernières minutes. Une défaite dure à encaisser donc mais qui est surtout terrible sur le plan comptable: Monaco n'a plus son destin entre les mains.