Michel entraîneur OM
Michel. | ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Michel: "Nous sommes frustrés"

Publié le , modifié le

Les joueurs de l'Olympique de Marseille sont "frustrés" par leurs performances actuelles mais "ne lâchent jamais", a assuré mercredi l'entraîneur marseillais Michel, qui espère que son équipe sera "compétitive" jeudi à Bilbao en 16e de finale retour de l'Europa League (aller: 0-1).

Le président Vincent Labrune a pris la parole cette semaine pour remobiliser l'équipe. Est-ce une pression supplémentaire pour vous ?
Michel : "Les interventions du président sont toujours bonnes, que ce soit la colère ou le soutien, tout est bienvenu. Qu'on nous rappelle contre qui nous jouons et quel type de résultat nous souhaitons est une bonne chose, avant chaque match."

Dans quelle situation psychologique abordez-vous ce match après vos récentes contre-performances ?
"Nous serions mieux en ayant gagné nos trois derniers matches mais nous nous concentrons sur le match de demain (jeudi). A l'aller, c'est un but d'(Aritz) Aduriz qui a fait la différence mais nous avons évolué à un bon niveau et nous aurions pu obtenir un autre résultat. Si nous regardons le classement de la Ligue 1, nous sommes au troisième rang des équipes à l'extérieur et cela nous donne un espoir, de même que le jeu que nous avons développé à l'aller. A aucun moment l'Athletic n'a été à l'aise dans ce match et nous allons essayer que ce soit le cas à nouveau demain."

Vos joueurs sont-ils touchés moralement par ces résultats décevants ?
"Il y a un peu de tout. Nous sommes frustrés parce que les joueurs travaillent beaucoup et que les résultats ne sont pas au rendez-vous, surtout à la maison. Mais il faut rappeler qu'avec le même entraîneur et les mêmes joueurs, le travail paie lorsque nous jouons à l'extérieur. Les joueurs sont également en colère, déçus, tristes mais c'est une équipe qui ne lâche jamais et nous l'avons montré dimanche (1-1 contre Saint-Etienne, NDLR). Nous étions menés, à dix contre onze, et nous sommes allés de l'avant jusqu'à la dernière minute. Cela montre que les joueurs, même déçus, même tristes, ont toujours du caractère et veulent s'améliorer. Voilà notre espoir."

Miserez-vous sur les contre-attaques pour percer la défense de Bilbao ?
"Nous sommes efficaces en contre, c'est ce qui explique que nous avons de bons résultats à l'extérieur. Nous avons des joueurs rapides et précis. Mais si (l'entraîneur de Bilbao) Ernesto Valverde en a parlé, c'est qu'il ne va pas nous permettre de jouer en contre et qu'ils ne vont pas négliger cet aspect. Il faudra trouver d'autres manières de faire, même si celle-ci est bonne pour nous."

Appréciez-vous de venir montrer votre savoir-faire dans votre pays d'origine ?
"Pour moi, c'est agréable d'être là et d'autant plus dans un stade que peut-être vous (les Français) ne voyez pas avec les mêmes yeux que nous. C'est un stade d'une grande envergure et c'est émouvant de jouer ici. Je n'ai pas d'expérience dans ce nouveau stade (inauguré en 2013, NDLR) mais j'ai la possibilité de montrer que mon équipe est compétitive."