L'attaquant marseillais André-Pierre Gignac
L'attaquant marseillais André-Pierre Gignac | BORIS HORVAT / AFP

Marseille se paie le Sheriff

Publié le , modifié le

Marseille a fait le métier face au modeste Sheriff Tiraspol pour s'imposer 2 à 1à l'extérieur en barrage aller de la Ligue Europa. La qualification est en vue pour l'OM qui enchaine un nouveau succès, son quatrième d'affilée toutes compétitions confondues, qui devrait logiquement lui offrir un ticket pour la phase de poules de la Ligue Europa. En s'adjugeant le nul (0-0) face à l'Etoile Rouge de Belgrade à l'extérieur, Bordeaux conserve ses chances.

"C'est un adversaire qui nous a fait déjouer, on s'est mis dans la  difficulté. C'est toujours difficile de garder la rigueur et la discipline avec  un adversaire qui vous laisse la possession de la balle. Parfois on n'est pas  resté dans le cadre du jeu", a dit l'entraîneur marseillais Elie Baup.

Après les fastes de la Ligues Champions, l'OM retrouve le pittoresque de déplacements européens au fin fond de l'Europe. Dans le fief indépendantiste et autoproclamée de la Transnistrie, en Moldavie, les Marseillais se sont offert à  Tiraspol une belle tranche d'exotisme dans un stade de 13.300 flambant neuf après une première virée en Turquie chez Eskisehirspor. Favoris, les Olympiens ont assuré l'essentiel.

Dominateurs lors du premier quart d'heure, les Marseillais ont bien combiné entre Jordan Ayew, Mathieu Valbuena et Rod Fanni pour marquer le premier but, si précieux à l'extérieur. Le cadet des frères Ayew reprenait d'une demi-volée face au but un centre de Fanni de la droite dévié de la tête par Gignac (1-1, 18e). Malgré deux alertes sur un contre (17e) et sur un coup-franc (20e), Marseille semblait bien partie pour une tranquille victoire.

Doublé pour Jordan Ayew

L'OM subissait une nouvelle alerte sur un coup de pied arrêté juste après le water break (21e). Sur un nouveau orner, Fanni lâchait le marquage et le défenseur serbe Pajovic en profiter pour  égaliser (27e, 1-1). La fin de la première période était à l'avantage des locaux qui se projetaient très vite vers l'avant et Mandanda devait à nouveau s'employer sur une frappe de Pesic (39e). Désireux de se montrer, le plus jeune des frères Ayew se distinguait par un carton jaune rosé au retour des vestiaires. Motivé, il ajoutait un second but à sa ligne de statistiques. Les Marseillais combinaient sur un corner et Stéphane Mbia remisait de la tête pour Jordan Ayew qui plaçait le ballon hors de portée du gardien adverse en écrasant volontairement sa volée (1-2, 53e).

"La fin c'était chaud. On n'a pas été très bien, on a mal  géré mais le plus important c'est la victoire", a dit Steve Mandanda.

Elie Baup en profitait alors pour faire tourner. Valbuena, qui portait un  emplâtre à la cuisse cédait sa place à Florian Raspentino tandis que Loïc Rémy,  de retour de blessure, succédait à Gignac, assez malheureux dans ses frappes.Avant un déplacement compliqué à Montpellier ce week-end, les Marseillais se contentaient trop de gérer la fin de match et Mandanda effectuait un superbe arrêt pour éviter l'égalisation (89e).

Bordeaux assure le minium

"Tout est ouvert parce qu'on n'a pas réussi à marquer", a dit l'entraîneur de Bordeaux Francis Gillot.

Auteur d'un début de saison convaincant, Bordeaux n'a pas pu faire autre chose qu'un résultat nul sur la pelouse de l'Etoile Rouge de Belgrade. Les Girondins, accablés sans doute par la chaleur intense (il faisait près  de 30 degrés dans la soirée à Belgrade ) ont balbutié leur football en première  période sans réussir à ouvrir le jeu ou à se créer la moindre occasion. L'Etoile Rouge, orpheline de son entraîneur emblématique Robert Prosinecki  qui a démissionné deux jours avant la rencontre et physiquement inférieure à la  formation française, mais portée par plus de 30.000 supporters, tentait  toutefois de réagir. Un tir de Lazovic forçait Carrasso (38e) à dérouler son talent pour écarter la menace.

Les deux formations faisaient preuves de plus de volonté et de dynamisme à la reprise sans néanmoins changer le ton de cette rencontre décidément fade, les bordelais ne parvenant à aucun moment à contrôler le match en favoris qu'ils étaient. Ce résultat leur laisse entrevoir la phase de poule de l'Europa League sous condition d'un match retour moins laborieux.

Mathieu Baratas