Jimmy Briand (Olympique Lyonnais)
Jimmy Briand (Olympique Lyonnais) | PHILIPPE MERLE - AFP

Lyon sans solution à Odessa

Publié le , modifié le

Lyon n'a pu faire mieux que match nul (0-0) jeudi à Odessa en 16e de finale aller de la Ligue Europa. Dernier représentant français dans la compétition, l'OL s'est rendu en Ukraine sans la plupart de ses titulaires, en espérant malgré tout ramener quelque chose. Ce nul laisse évidemment la porte ouverte à une qualification au match retour. A condition de se montrer un peu plus percutants et adroits que lors de cette rencontre où les Lyonnais n'ont pas trouver de solution face à des Ukrainiens qui n'ont jamais fermé le jeu.

La rencontre s'est normalement disputée malgré le jour de deuil national décrété en raison des événements tragiques déplorés lors de l'insurrection dans  la capitale ukrainienne, Kiev, située à 400 kilomètres d'Odessa.

Les Lyonnais poussifs

L'Olympique lyonnais, invaincu cette saison en phase de poules de l'Europa  league, avait fait le choix de préparer ses prochains rendez-vous en championnat en n'utilisant pas toutes ses cartouches pour l'Europe. Le résultat lui donner raison, mais les hommes de Rémi Garde sont passés bien près d'une désagréable face àde surprenants Ukrainiens. Alors que l'organisation lyonnaise manquait de réaliseme, que l'équipe s'est montré très rarement dangereuse offensivement, elle a bien failli se faire surprendre à plusieurs reprises, se sortant de situations très délicates en défense.

Le Tchernomorets sans réussite  

Steed Malbranque, en première période, échouant face au gardien Yevhen Past, qui repoussait une tentative de Jimmy Briand, et Corentin Tolisso, par un  tir lointain, se sont créés les meilleures occasions lyonnaises. En face, en revanche, elles furent beaucoup plus nombreuses. Ainsi, le Rémy Vercoutre s'est interposé devant Olexiy Antonov à  deux reprises en première période (15, 39) alors que Franck Dja Djédjé était  menaçant à la réception d'un corner joué par Antonov. Il y eu aussi un tir à côté d'Ivan Bobko, qui paraissait pourtant immanquable, et dans le temps additionnel une reprise de la tête d'Anatoliy Didenko  touchait l'extérieur du poteau à la réception d'un coup franc joué de l'aile gauche. le Tchernomorets, qui n'a, jusqu'à présent, jamais battu un  club français en sept confrontations (4 nuls à domicile, 3 défaites contre  Lyon, Lens et Monaco), regrettera peut-être de ne pas avoir su prendre  l'avantage quand il en a eu l'opportunité. Car finalement ce score logique entre pour un match équilibré arrange plutôt l'OL.

Christian Grégoire