Lyon Guimares Gomis
Bafé Gomis (Lyon) | MIGUEL RIOPA / AFP

Lyon, mission accomplie

Publié le , modifié le

Après un début de match laborieux, Lyon, déjà qualifié, a finalement dicté sa loi jeudi sur la pelouse du Vitoria Guimaraes (1-2) lors du dernier match de poule de Ligue Europa. Les Gones conservent ainsi la première place du groupe et peuvent attendre sereinement le tirage au sort des 1/16e de finale.

L’objectif est rempli. Assuré d’être qualifié grâce à sa victoire face au Betis Séville lors de la précédente journée (1-0), Lyon, qui se présentait avec une équipe fortement remaniée, a rempli son contrat en allant l’emporter sur la pelouse de Guimaraes (2-1) et conserve donc la première place du groupe sur laquelle lorgnait les Sévillans. Incapables de s’organiser en première période, les Lyonnais ont encaissé un but en début de match (11e) avant de réagir dans le deuxième acte pour forcer la décision.

Bien mal embarqué dans cette compétition après deux matchs nuls concédés lors de ses deux premiers matches, l’OL a finalement fait le boulot et sera le seul club français à suivre le PSG dans ses épopées européennes. Trois courtes victoires face à Rijeka (1-0), le Betis (1-0) et donc Guimaraes auront permis à une équipe de Lyon pas franchement flamboyante de décrocher sa place en 1/16ème de finale de Ligue Europa avec les honneurs.  

Avec l’OM dans un coin de la tête

N’ayant pas un effectif pléthorique, Lyon se devait de faire tourner dans l’optique du match face à Marseille dimanche. Avec Plea et Danic sur les ailes, Ferri au milieu et Tolisso sur le flanc gauche de la défense, les hommes de Rémi Garde peinent à entrer dans leur match et le payent cher avec ce but de Tomané encaissé dès la 11ème minute sur un bel enchaînement contrôle poitrine – volée du droit. Très fermé, le match finira par se décanter en deuxième période, notamment suite au pénalty concédé par Correia, qui lui coûtera également un deuxième carton jaune synonyme d’expulsion. Gomis, lui, ne se prive pas pour confirmer la sentence (63e).

En supériorité numérique, Lyon va prendre l’avantage dans la foulée grâce à une très belle action de Ferri, qui enrhume André André d’un crochet avant de crucifier Jesus d’une belle frappe placée du gauche (65e). Malgré une grosse frayeur en fin de rencontre suite à une énorme erreur de relance (84e), Lyon va parvenir à gérer son avantage et s’offrir le luxe de ne pas avoir à guetter l’évolution du score du match entre le Bétis et Rijeka. 

Victor Patenôtre