Lyon dans un trou noir

Lyon dans un trou noir

Publié le , modifié le

Lyon a fortement compromis ses chances de qualification pour le tour principal de la Ligue Europa en s'inclinant à domicile lors du match aller de barrages face aux Roumains de l'Astra Giurgiu (1-2). L'OL, dominateur en première période, a complètement sombré en fin de match.

Sale temps pour les clubs français en Coupes d'Europe. Après les défaites de Lille (en Ligue des Champions) et de Saint-Etienne (en Ligue Europa), Lyon n'a rien fait pour redorer le fameux coefficient UEFA des équipes tricolores en s'inclinant face au 2e du championnat roumain. L'Astra, qui a joué crânement sa chance, a réussi à faire complètement déjouer son adversaire en seconde période grâce à un simple changement tactique, le 3-5-2 adopté mettant complètement à mal le dispositif rhodanien. Ce manque d'adaptation pourrait coûter très cher au club du président Aulas dans les semaines à venir.

L'Astra Giurgiu, qui alignait deux de ses trois Français au coup d'envoi (Ben Youssef et Laban, Grandin restant sur le banc), prenait le vent de face dès les premières minutes face à des Lyonnais mordants. Même si ces derniers laissaient quelques espaces dangereux en contre, que les Roumains n'exploitaient pas complètement, l'ascendant était clairement français. Après plusieurs tentatives avortées, l'OL était récompensé de son audace à la 25e minute. A l'origine de l'ouverture du score, un mouvement à trois amorcé par Yatara et conclu par un centre en retrait de Christophe Jallet vers Steed Malbranque dont la frappe en force du gauche faisait mouche (1-0, 25e). Imparable.

Sonnés mais pas comptés, les Roumains passaient tout proche de l'égalisation mais Fatai, pourtant idéalement placé, déchirait totalement sa reprise à dix mètres du but (36e). Dans la minute suivante, les Rhodaniens avaient la balle de break au bout du pied gauche de Lacazette mais la frappe de l'international rasait le montant de Lung. En confiance, les hommes de Hubert Fournier maîtrisaient leur sujet sans toutefois se mettre à l'abri. Une "largesse" allait se payer cher...

Grenier, retour manqué

Dès la reprise, en effet, l'Astra apparaissait beaucoup plus agressif dans la conquête du ballon. Rapidement asphyxié par ce pressing, l'OL commençait à multiplier les pertes de balles et à offrir de belles opportunités à ses adversaires. Remis en selle, Giurgiu profitait des espaces et de la fébrilité olympiennes pour se montrer de plus en plus pressant sur la cage de Lopes. Impeccable jusque-là, le portier lyonnais devait s'incliner sur un contre éclair et une frappe à bout portant de Fatail qui refroidissait tout Gerland (1-1, 71e). Le début de l'agonie ne faisait que commencer car, en l'espace de quelques minutes, l'OL allait s'effondrer subitement.

A la 78e minute, c'était d'abord Rose qui écopait d'un second carton jaune pour un pied trop haut et qui devait laisser ses partenaires terminer le match en infériorité numérique. Puis, deux minutes plus tard, le malheureux Clément Grenier, qui venait juste de remplacer Malbranque, concédait un penalty indiscutable ! Budescu, sans trembler, donnait l'avantage aux visiteurs (1-2, 81e). Pour son retour à la compétition après une longue blessure due à une pubalgie, Grenier rêvait sans doute d'un autre scénario... D'autant que, dans les dernières secondes, le milieu de terrain se tordait de douleur, sa blessure s'étant soudainement réveillée. Cruels ultimes instant pour les Français qui, comble de malchance, voyaient également le coup de tête de Koné mourir sur la transversale roumaine (91e).  Bref une soirée qui avait bien commencé et qui se terminait en véritable cauchemar pour les Lyonnais. Espérons pour eux qu'ils se réveilleront avant le match retour. 

Julien Lamotte