Les violences au cours du match entre Kiev et Guingamp
Oleksandr Shovkovskiy, le gardien de but du Dynmao Kiev, tente de s'interposer alors que des supporteurs frappent un stadier au sol | AFP - SERGEI SUPINSKY

L'UEFA et la FIFA dénoncent les scènes de violence et de racisme à Kiev et Rotterdam

Publié le , modifié le

Les matches entre le Dynamo Kiev et Guingamp, et entre le Feyenoord Rotterdam et la Roma, en 16e de finale de l'Europa League, ont été le théâtre de scènes "honteuses de violence et de racisme". C'est ainsi que Sepp Blatter, le président de la FIFA, a qualifié ces deux événements, prenant la suite de l'UEFA qui, par l'intermédiaire de son secrétaire général, avait clamé au sujet de ces actions "que ni l'UEFA ni les fans de football ne peuvent tolérer".

"Scènes honteuses de violence et de racisme (jeudi) soir. Tous les organes  du football doivent mettre en oeuvre les résolutions contre la discrimination  datant du Congrès de la Fifa en 2013", a écrit le patron du foot mondial sur Twitter.

Gianni Infantino, secrétaire général de l'UEFA, a également indiqué  vendredi, que son instance ne pouvait tolérer ces "scènes de violence et de  racisme". "Malheureusement, nous avons connaissance, dans le cadre des matches  qui viennent de se dérouler, de scènes de violence et de racisme dans les  stades et en dehors que ni l'UEFA ni les vrais fans de football ne peuvent  tolérer", a déploré Infantino avant le tirage au sort des 8e finale de l'Europa  League, au siège de l'UEFA à Nyon en Suisse.
   
"C'est pourquoi nous appelons encore une fois toutes les parties prenantes  à s'unir et à faire le maximum pour mettre un terme à ces images déplorables  que nous ne voulons plus voir", a poursuivi le secrétaire général de l'instance  européenne. Jeudi soir, la fin de match Dynamo Kiev-Guingamp a été le théâtre  d'incidents provoqués par l'entrée de supporteurs ukrainiens sur la piste  d'athlétisme entourant le terrain, ce qui a obligé l'arbitre à arrêter la  rencontre durant une dizaine de minutes. Les supporteurs se sont dirigés de façon menaçante vers la tribune où se  trouvaient les Bretons, qui ont immédiatement quitté le stade, puis ces  supporteurs du Dynamo ont échangé des coups avec les stadiers. L'un des  stadiers, au sol, a été roué de coups, selon des photos de presse des incidents.

Jet de banane géante à Rotterdam

Le match Feyenoord-Rome à Rotterdam a également été interrompu à deux  reprises en raison de jets de projectiles sur le terrain par des supporteurs  néerlandais. La rencontre s'inscrivait dans un contexte particulier après les  actes de vandalisme commis par plusieurs dizaines de fans de Feyenoord à Rome à  l'aller. Le jet d'une banane géante en plastique en direction des rangs italiens est  déjà interprété sur les réseaux sociaux comme un acte à connotation raciste  envers les joueurs de couleur de l'AS Rome.

La commission de discipline, indépendante de l'UEFA,  va ouvrir des procédures après ces incidents. Ils seront examinés le 4 mars prochain. Le Congrès de la Fifa avait adopté le 31 mai 2013 à l'Ile Maurice une  résolution durcissant les sanctions en cas de racisme, avec notamment retrait  de points ou des compétitions ou relégation.

AFP