Nabil Fékir
Nabil Fékir s'est employé à l'aller et ça a payé pour l'Olympique Lyonnais. | ROMAIN LAFABREGUE / AFP

L’OL, à Rome, ne devra pas reproduire les erreurs du PSG

Publié le , modifié le

L’OL a remporté son 8e de finale aller de Ligue Europa contre l’AS Rome (4-2), jeudi dernier, mais l’OL sait assez bien, depuis un peu plus d’une semaine, que s’asseoir sur une avance confortable n’est pas suffisant en coupe d’Europe. Les Gones ne veulent pas subir de remontée à Rome et pour se faire, il faudra bien défendre sans trop reculer. Une équation difficile à laquelle les Lyonnais ne veulent pour autant pas se limiter.

« Si nous attendons l’adversaire au lieu de défendre en avançant, nous aurons du mal. Nous serons meilleurs si nous jouons notre jeu. » Corentin Tolisso a été clair dans le journal Le Progrès : la meilleure défense, c’est l’attaque. Capables de mettre quatre buts à l’aller face à des Romains fébriles, le milieu lyonnais ne voit pas de raison de ne pas reproduire cette belle prestation.

C.Tolisso : « Offensivement, notre potentiel est important »

L’Olympique Lyonnais, qui a pu ménager plusieurs éléments offensifs, comme Alexandre Lacazette ou Mathieu Valbuena, dimanche contre Toulouse (4-0), compte sur ses forces devant. Le milieu lyonnais insiste : « Offensivement, notre potentiel est important. Nous l'avons vu, le PSG était resté très bas et ça ne lui a pas réussi. »

Et quand l’attaque marche, les hommes de Bruno Génésio sont en confiance. Ils restent notamment sur six victoires et un nul au cours des sept dernières sorties, toutes compétitions confondues, avec un total de 29 buts inscrits, soit une moyenne de 4,14 buts par match. Ses adversaires étaient certes modestes (Alkmaar, Dijon, Metz, Toulouse) mais Lyon a su montrer du caractère quand il était mené 2-1 à la mi-temps par le club de la capitale italienne à l’aller.

26 qualifications après une victoire à l’aller en coupe d’Europe

Pour poursuivre dans cette Ligue Europa, objectif des Lyonnais, il faudra donc passer une bonne fois pour tout l’obstacle romain. Et l’histoire européenne du club est de bon augure : l’OL n'a échoué que cinq fois sur 31 à se qualifier après avoir gagné le match aller, et seulement à deux reprises après une victoire avec deux buts d’écart à l’aller.

Le bilan est là, la détermination côté AS Rome aussi. Mal embarqué, Lucciano Spaletti donne tout de même « 60% de chances » à ses joueurs de se qualifier : « Il faudra ne pas avoir de regrets, ne pas avoir peur. Je suis convaincu que les joueurs vont faire un grand match parce que la qualification est toujours ouverte. »

Pour espérer la qualification, les Lyonnais devront donc peut-être marquer et s’éviter avant ça une pression inutile. Finalement, pour être champion, il faut bien battre tout le monde, la Roma passe par là…