Loïc Perrin, le capitaine de l'AS Saint-Etienne (Ligue 1 2015-2016)
La déception de Loïc Perrin, le capitaine de l'AS Saint-Etienne | MAXPPP

Ligue Europa: Saint-Etienne bute sur l'AEK Athènes

Publié le , modifié le

Saint-Etienne n'a pu faire mieux que concéder le nul (0-0) face à l'AEK Athènes jeudi lors du 3e tour préliminaire aller de la Ligue des Champions. Après un début de match poussif les Verts ont mis l'intensité physique qu'il fallait, mais ils ont été beaucoup trop approximatifs techniquement pour prendre l'avantage dans une rencontre pauvre en occasions. Il leur sera très difficile d'aller chercher une qualification dans une semaine en Grèce.

Les Stéphanois ont montré deux visages pour ce premier match officiel de la saison. Ils ont beaucoup subi en première période même s'ils ont mis l'engagement et l'envie qu'il fallait. Bousculés au milieu de terrain, ils n'ont que peu trouver de solutions ou d'intervalles. Sans être très entreprenants les Grecs se sont montrés solides et ont mis la pression sur des Stéphanois contraints de jouer bas. Du coup, il leur était difficile de trouver leur trident offensif. Le match était engagé mais les possibilités de but bien rares. Trop de déchets techniques de part et d'autre empêchaient de construire. Les Verts étaient brouillons dans leur approche du jeu comme dans le dernier geste. Les Grecs faisaient tourner le ballon et se projetaient en contres. Mais sans être dangereux. A leur actif, une frappe de Mantalos (29e) à côté du cadre alors que Ruffier semblait battu.

Côté Stéphanois, après un pénalty qui aurait pu être sifflé pour une faute sur Nolan Roux, Hamouma adressait une belle frappe que le gardien grec Anestis claquait au-dessus de ala transversale.

Les Verts trop maladroits

En deuxième période, les intentions étaient plutôt stéphanoises. Les Verts haussaient le rythme et montraient qu'ils étaient bien préparés physiquement alors que les Grecs avaient du mal à ressortir le ballon; ils baissaient de pied et durcissaient le jeu. Les hommes de Galtier poussaient en mettant beaucoup plus d'impact, ils gagnaient davantage de duels et trouvaient des ouvertures, à l'image de Tannane très remuant, mais il manquait toujours un petit quelque chose pour surprendre la solide défense athénienne. Comme les coups de pied étaient aussi mal négociés, tous les efforts d"une équipe stéphanoise volontaire s'avéraient vains. Ils devaient finalement se contenter d'un nul qui fait plutôt l'affaire de l'AEK

Christian Grégoire