Roma Lyon Jallet Diakhaby
La joie des Lyonnais Jallet et Diakhaby | FILIPPO MONTEFORTE / AFP

Ligue Europa : Lyon perd avec le sourire

Publié le , modifié le

Une défaite heureuse. Lyon a tenu bon en 8e de finale retour de la Ligue Europa. Malgré son revers 2-1 à la Roma, l'OL a obtenu son billet pour les quarts. Souvent ballotés, les Gones peuvent remercier leur défenseur Diakhaby, le buteur à la 16e minute, et leur gardien Lopes, le sauveur sur de nombreuses occasions romaines. La Roma s'est finalement imposée grâce à Strootman (18e) et Tousard (csc 60e) mais a manqué de gaz en fin de match.

La mode est aux remontées. Cela n’a pas échappé aux clubs français ni à ceux nichés de l’autre côté des Alpes. Prétendante à la Ligue Europa au même titre que Manchester United, la Roma avait une petite montagne de deux buts à escalader. Presque une broutille pour la ville aux 7 collines, grande habituée du yo-yo. Un mouvement de balancier de haut en bas et de bas en haut qui secoue les Romains trop souvent. La défaite à Lyon a d’ailleurs plongé l’équipe de Spalletti dans un courant descendant que le Napoli avait initié en s’imposant à l’Olimpico (1-2). La Roma se devait de remonter la pente face à l’OL. C’est ce qu’elle a fait pendant 90 minutes où elle a tenu le plus souvent le ballon et en assaillant le but d’Anthony Lopes. Pour autant, le compte des Giallorossi n’est pas bon. La victoire 2-1 n’a pas suffi. La faute probablement à ce but de Lacazette dans les arrêts de jeu au match aller. Plus certainement au courage des Lyonnais et son gardien héroïque.

Lopes tient la baraque

La reprise sur la barre de Rüdiger dès la 6e minute annonçait un match à sens unique. Ce siège fût à peine brisé par le but plein de hargne de Diakhaby (0-1, 16e). S’il manque encore de lucidité défensivement, le jeune lyonnais se montre déjà très précieux offensivement. En tout cas quel réalisme des Lyonnais ! Première sortie de leur camp et premier but. Les Romains auraient pu baisser les bras mais Strootman a remis son équipe en selle dans la foulée. Lui aussi à la réception d’un coup franc mais de moins belle manière (1-1, 18e). C’est alors que les vagues ont déferlé sur Lopes. La Roma n’a vu que lui. Strootman, après une superbe talonnade de Salah (41e), puis Dzeko (45e+2) se sont échoués sur le dernier rempart lyonnais. Après la pause, Nainggolan butait à son tour sur les gants du portier rhodanien (46e). De quoi être écoeuré.

Le Pharaon débloque la situation

Finalement, l’entrée en jeu d’El-Sharaawy redonnait un second souffle à la Roma. L’ancien monégasque centrait fort devant le but et provoquait un but contre son camp de Tousard (2-1, 60e). La dernière demi-heure promettait d’être longue sous le joug du Pharaon. Il avait d'ailleurs la qualification au bout du pied deux minutes plus tard mais croisait trop son tir (63e). De plus en plus exsangues, les Romains attaquaient de manière désordonnée. L’OL avait plusieurs balles pour tuer le match en contre mais pêchait par maladresse. Le face-à-face de Cornet était le plus flagrant de ces loupés (85e). Francesco Totti entrait alors pour son 103e match européen, peut-être le dernier, mais le roi de Rome n’avait plus le pouvoir d’inverser la chute de son équipe. Lyon offrait lui à son président une 200e européenne rugissante.