Nabil Fekir Lyon Alkmaar
Nabil Fekir a fait très mal à l'AZ Alkmaar | JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Ligue Europa : Lyon avale Alkmaar

Publié le , modifié le

Déjà vainqueur aux Pays-Bas au match aller (1-4), l'Olympique Lyonnais n'a fait qu'une bouchée de l'AZ Alkmaar au Parc OL (7-1) en seizièmes de finale de la Ligue Europa. Nabil Fekir s'est illustré en inscrivant un triplé.

Lyon aura dominé cette double confrontation de A à Z. Mis dans les meilleures dispositions par le résultat à Alkmaar, les Rhodaniens, qui avaient décidé de se priver de Lacazette, Tolisso et Gonalons au coup d'envoi, ont su rapidement se mettre à l'abri dans leur antre en profitant des largesses de la défense batave. Si la qualification ne faisait pas beaucoup de doute avant ce match retour, la question était surtout de savoir quel état d'esprit allait montrer les joueurs lyonnais après que leur président Jean-Michel Aulas a déclaré que le club allait se séparer de quelques-uns de ses meilleurs joueurs lors du prochain mercato estival. La réponse s'est faite attendre 4 minutes, pas plus. Le temps pour Nabil Fekir d'ouvrir le score et de démontrer que ses partenaires et lui n'étaient pas plus ébranlés que ça par cette nouvelle organisation qui se dessine au sein de l'effectif.  

Fekir royal

Maxwell Cornet, bien servi par Christophe Jallet, doublait rapidement la mise (2-0, 17e) avant que l'AZ ne réagisse enfin grâce à une frappe puissante de Garcia (2-1, 26e). L'embellie néerlandaise ne durait pas car, dans la foulée, Fekir y allait de son doublé en voyant son tir détourné (3-1, 27e). Le meilleur était pourtant encore à venir avec ce 4e but signé Darder qui réussissait une merveille de contrôle orienté pour s'ouvrir le chemin du but avant de tromper Krul, pas impérial sur ce coup-là (4-1, 34e).

En seconde période, les hommes de Bruno Genesio avaient le mérite de continuer à jouer et, si la réussite n'était plus la même, leur persévérance et leur sérieux étaient néanmoins récompensés par un nouveau but, le 3e, de Nabil Fékir (5-1, 78e). Si Jean-Michel Aulas a évoqué la "valeur marchande" de ses joueurs, celle de Nabil Fekir a certainement augmenté après ce match. Et celle de Houssem Aouar, 18 ans et auteur d'un 6e but plein de technique et de culot (6-1, 86e), va peut-être bientôt décoller. Diakhaby, d'un coup de tête, concluait la fête lyonnaise, et plus globalement française, en Coupe d'Europe (7-1, 89e). Hormis Saint-Etienne, le PSG (4 buts), Monaco (3 buts) et donc Lyon (7 buts) viennent de faire beaucoup pour redorer le blason tricolore sur la scène européenne. 

Julien Lamotte