Claude Puel
Après huit rencontres, Claude Puel n'a toujours perdu le moindre match sur le banc de Saint-Etienne. | LOIC VENANCE / AFP

Ligue Europa : L'histoire d'amour entre Puel et les Verts doit conquérir l'Europe

Publié le , modifié le

Depuis sa nomination au poste d'entraîneur de Saint-Etienne, Claude Puel n'a toujours pas perdu la moindre de ses huit rencontres dirigées. Le tacticien de 58 ans, qui a su relever les Verts en Ligue 1, part désormais à la conquête de la Ligue Europa. Et cela commence face à La Gantoise, ce jeudi soir, lors d'une rencontre que l'ASSE n'a pas le droit de perdre.

"Nous avons une chance incroyable de pouvoir encore exister en cas de victoire face à La Gantoise". C'est un Timothée Kolodziejczak plein d'espoir qui était assis aux côtés de Claude Puel en conférence de presse d'avant-match, à la veille de jouer "une véritable demi-finale qui n'a rien d'un match de groupe de Ligue Europa". Il faut dire que de l'espoir, les joueurs de Saint-Etienne en ont retrouvé une belle pelletée depuis que le tacticien de 58 ans a rejoint le banc du Chaudron. 

Complètement à la rue en début de saison avec Ghislain Printant aux manettes, l'ASSE pointait à une misérable 19e place au crépuscule de la 8e journée du championnat de France. Avec un bilan de huit points glanés en huit rencontres, les Verts semblaient malades, très malades. C'est pourquoi les présidents Bernard Caïazzo et Roland Romeyer ont dû faire de leur entraîneur un exemple en lui coupant la tête, afin de créer un électrochoc chez leurs joueurs qui jouaient complètement à l'envers. 

Une première grandiose 

Un pari on ne peut plus réussi tant le visage de Saint-Etienne est passé du tout au tout. Nommé dans la foulée, le 4 octobre dernier, Claude Puel s'est tout de suite imposé sur le banc de l'ASSE grâce à son tempérament de conquérant, mais aussi à ses très bons résultats. Pourtant, sa date d'arrivée n'était pas des plus faciles à gérer. Plongé directement dans le grand bain en recevant Lyon pour sa grande première stéphanoise, l'ancien entraîneur de Nice a profité de cette occasion en or pour se mettre toute une ville dans la poche en réussissant sa mission avec brio : l'OL a été terrassé par un but de Robert Beric dans le temps additionnel et Claude Puel a naturellement été adoubé par tout le peuple vert. 

Depuis, tout va bien dans le meilleur des mondes pour l'AS Saint-Etienne, qui n'a pas connu la moindre défaite en huit rencontres, toutes compétitions confondues. Enchaînant à la suite de cette victoire de prestige face au rival lyonnais quatre victoires et deux matches nuls en Ligue 1, deuxième meilleure performance du championnat juste derrière l'ogre parisien, jusqu'à faire bondir l'ASSE à deux petites longueurs du podium. Un exploit, lorsque l'on repense à la pauvreté technique du début de saison des Verts. Mais un exploit qui se justifie par quelques paramètres mis en place par le nouvel homme fort du club. 

Les secrets de la recette Puel

Les ingrédients utilisés par le natif de Castres sont on ne peut plus simples : Claude Puel a commencé par redonner confiance à son équipe, utilisant un dispositif mettant en valeur les qualités de chacun. Et pour se faire, il n'hésite pas à prendre des risques, en utilisant ses jeunes forces vives. C'est ainsi qu'à tout juste 18 ans, William Saliba a tout de suite été propulsé en patron de la défense et que Wesley Fofana et Charles Abi, respectivement 18 et 19 ans, ont vu leur temps de jeu décupler au sein d'un tout nouveau dispositif de jeu.

Oui, Claude Puel ne s'est pas contenté de caresser ses joueurs dans le sens du poil et de faire confiance au jeune, il a également travaillé une idée de jeu : le 5-2-3. Mis en place dès son premier match face à Lyon, ce dispositif à cinq défenseurs, qui se mur en 3-4-3 lors des phases offensives, met en lumière les qualités de Zaydou Youssef au milieu de terrain, et surtout, du désormais intenable Denis Bouanga, décisif à cinq reprises lors de ses quatre dernières sorties (4 buts et 1 passe décisive). 

L'Europe pour confirmer

C'est ainsi que Saint-Etienne, qui n'avait glané qu'une seule et maigre victoire face au Top 5 du championnat de France la saison passée, a déjà battu de grandes écuries de Ligue 1 depuis l'arrivée de Puel : Lyon (1-0), Bordeaux (1-0) ou encore Monaco (1-0). Alors certes, il existe évidemment une marge de progression et Stéphane Ruffier, tout juste devenu le gardien le plus capé de l'histoire des Verts en championnat, multiplie les matches de grande classe. Mais l'essentiel est là : Saint-Etienne gagne à nouveau. 

Ce jeudi, les Verts devront prouver qu'ils peuvent également le faire sur le continent européen. Actuels troisièmes de leur groupe de Ligue Europa avec trois nuls et une défaite, les coéquipiers de Loïc Perrin sont dans l'obligation de ramener leur première victoire continentale de la saison. Seul hic, et pas des moindres : l'ASSE doit faire face à un effectif décimé par les blessures. Yohan Cabaye, Mathieu Debuchy, William Saliba, Romain Hamouma, Charles Abi, ou encore Wahbi Khazri ne seront pas dans le groupe pour tenter d'aider leur club à continuer de rêver. Mais cela ne leur fait plus peur.