Juan Manuel Vargas Fiorentina
Le milieu de la Fiorentina Juan Manuel Vargas | AFP - ALBERTO PIZZOLI

Ligue Europa : Guingamp n'a pas pu créer l'exploit

Publié le , modifié le

Pour son entrée en lice en Ligue Europa, Guingamp n'a pas fait de miracle sur la pelouse de la Fiorentina. Les Bretons se sont inclinés 3-0 et n'ont jamais été en mesure de faire douter les hommes de Vincenzo Montella. La Viola a fait la différence grâce à Juan Manuel Vargas auteur de l'ouverture du score en première période, avant d'enfoncer le clou par Juan Cuadrado et Bernardeschi. L'expulsion de Moustapha Diallo juste avant la pause n'a pas arrangé les affaires des hommes de Jocelyn Gourvennec qui auront l'occasion de se rattraper le 2 octobre prochain face au Paok Salonique qui a atomisé 6-1 le Dinamo Minsk dans l'autre match du groupe K.

Le paradoxe dans ce résultat est que les Guingampais n'ont pourtant pas été ridicules, surtout durant la première demi-heure où ils se sont plutôt projetés vers l'avant, en se créant même deux occasions par Mandanne et Pied. La Fiorentina qui très mal débuté son championnat a semblé avoir besoin de mettre son jeu en place. Et les circonstances l'ont bien aidée, en même temps qu'elles ont tué le match pour Guingamp. D'abord sur une erreur de marquage des Bretons qui se sont laissés piéger; après un but refusé à Mario Gomez pour un hors-jeu  et une tentative  de lob un peu molle de Cuadrado , Mamadou Samassa s'est incliné une  première fois, sur une tête puissante de Vargas, Puis quatre minutes plus tard avec l'expulsion de Diallo récoltant un 2e carton jaune.

L'En Avant Guingamp ne pouvait plus opposer suffisamment de résistance. Il s'est ensuite complètement délité dans la gestion du jeu, et a perdu la bataille du milieu laissant l'équipe italienne faire des siennes. Impitoyable, la Fiorentina a tué le match dans la foulée, Pizarro décalant  parfaitement Cuadrado côté gauche pour une frappe croisée. Et son grand espoir Bernardeschi, entré en fin de match, a signé du gauche  le 3-0. La star Cuadrado, le vieux métronome Pizarro, le jeune Bernardeschi: il  y avait plus de talent côté Viola. Les Bretons apprennent mais la leçon a été rude.