L'Atletico tout en haut

L'Atletico tout en haut

Publié le , modifié le

L'Atletico Madrid a remporté la finale de l'Europa League aux dépens de L'Athletic Bilbao (3-0) à Bucarest grâce à un doublé du Colombien Falcao et un but du Brésilien Diego. Plus réaliste que les Basques, qui ont beaucoup tenté sans réussite, le club madrilène s'adjuge ce trophée pour la deuxième fois en trois ans.

Il y a deux ans, un doublé de l'Uruguayen Diego Forlan avait porté l'Atletico Madrid au sommet de l'Europa League. Cette fois, c'est un autre buteur exceptionnel, un autre Sud-Américain, qui a offert le sacre aux "matelassiers". Deux C3 en trois ans, pas mal pour un club souvent qualifié de "looser"... Il faut dire que la formation de Diego Simeone possède en son sein "le serial killer" absolu. Radamel Falcao s'était déjà illustré l'an passé sous les couleurs de Porto. Meilleur buteur et vainqueur de la compétition avec les Portugais, le Colombien a poursuivi son œuvre avec son nouveau club. Avec la même insolente réussite.

Le bijou de Falcao

Diego Simeone (entraineur de l'Atletico Madrid): "Je suis fier de mes joueurs, heureux pour les fans, et je  remercie ceux qui m'ont fait venir en décembre et m'ont fait confiance."

Dans un Stadionul de Bucarest rutilant, Madrilènes et Basques donnent le ton d'entrée. Pas de quartiers. Si les hommes de Bielsa, réputés par la qualité de leur football offensif, démarrent fort, ils se font court-circuiter par le sang froid de Falcao. Seul dans la surface basque, le Colombien fixe, crochète, repique au centre et place une frappe enroulée diabolique qui finit dans la lucarne opposée (1-0, 7e) ! Un pur chef d’œuvre. Si Bilbao tente bien de riposter par sa petite merveille, Muniain, qui oblige Courtois à se détendre de tout son long (23e), c'est encore Falcao qui va faire la différence. Profitant d'une grossière erreur de relance d'Amorbieta, "le tigre" surgit et, après un râteau enchaîné d'une frappe soudaine du gauche, il double la mise d'un coup de griffe cruel (2-0, 34e).

Marcelo Bielsa (entraîneur de l'Athletic Bilbao): "Je suis déçu, notre match n'a pas été bon. Je suis le responsable de la direction du groupe qui n'est pas parvenu à atteindre l'objectif qu'on avait, et cela augmente ma déception. Ils ont mérité leur victoire, mais l'écart est exagéré. Ils ont réussi à mettre en place le projet de jeu qu'ils avaient."

Le Colombien continue d'affoler les compteurs. Douze buts cette saison en Europa League et 29 sur les deux dernières saisons. Il va également devenir le 5e joueur à remporter deux Coupes d'Europe en deux saisons avec deux clubs différents (Marcel Desailly en 93 et 94 avec Marseille et l' AC Milan - Paulo Sousa en 96 et 97 avec la Juventus et Dortmund - Ronaldo en 97 et 98 avec le FC Barcelone et l'Inter Milan - Samuel Eto'o en 2009 et 2010 avec le FC Barcelone et l'Inter Milan). Car, en dépit d'une pression constante en seconde période, Bilbao ne pourra jamais réduire le score. Maladroit ou malchanceux, à l'image de son buteur Llorente, l'Athetic tente de faire douter Courtois mais le gardien madrilène est intraitable. Serein et présent sur tous les points chauds, le jeune portier belge a été l'un des grands artisans du triomphe madrilène. Tout comme Diego, auteur du but du k.o à la 85e minute après un numéro de soliste étourdissant conclu par une frappe croisée imparable (3-0). Mais l'homme du match était colombien. Fatal Falcao...

L'Atletico Madrid a établi un nouveau record de 12 victoires consécutives dans une compétition européenne. L'Atletico a remporté les trois derniers matches de la phase de poules, contre l'Udinese (4-0), le Celtic Glasgow (1-0) et Rennes (3-1), sous la direction de Manzano, limogé fin décembre. Diego Simeone n'a ensuite connu que des victoires en Europa League: contre la Lazio en 16e de finale (3-1, 1-0), contre Besiktas en 8e (3-1, 3-0), contre Hanovre en quarts (2-1, 2-1), contre Valence en demi-finales (4-2, 1-0), et enfin en finale.

Julien Lamotte