L’AS Rome, mauvais souvenir et nouveau chapitre pour l’OL

L’AS Rome, mauvais souvenir et nouveau chapitre pour l’OL

Publié le , modifié le

« La Ligue Europa est un objectif réaliste. » Le président de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, n’a jamais caché ses ambitions et ce n’est pas cette année que cela va changer. Alors que la 4e place, synonyme de nouvelle C3, est quasiment acquise en championnat, l’édition 2016/2017 de la Ligue Europa est encore d’actualité. Après avoir balayé l’AZ Alkmaar (4-1, 7-1), c’est l’AS Roma qui se dresse sur la route des Gones en 8e de finale.

Une autre histoire qui démarre dès ce soir à Décines. Mais les Lyonnais ont un plan en tête : avec 15 points de retard sur la 3e place, l’OL espère retrouver la Ligue des Champions l’an prochain avec un succès final en Ligue Europa. Mais avant de penser au titre, il faudra se débarrasser de la Roma. Avec Manchester United, tombeur du rival stéphanois au tour précédent, les Romains sont clairement les seconds favoris à ce stade de la compétition.

Le traumatisme Mancini, l’éternel Totti

10 ans après, Lyonnais et Romains se retrouvent donc de nouveau en 8e de finale mais de la compétition inférieure. En 2006/07, la Roma éliminait l’Olympique Lyonnais de la Champions League. Après un 0-0 au Stadio Olimpico, les Italiens s’imposaient 2-0 à Gerland au retour grâce à Francesco Totti puis Alessandro Mancini qui mystifiait Anthony Reveillère avant de battre Grégory Coupet.

La simple évocation du nom du Brésilien rappelle le traumatisme vécu. Le nom de Francesco Totti, quant à lui, continue de susciter l’admiration. A 40 ans, l’emblématique n°10 de la Louve ne devrait pas débuter mais sera bien sur la feuille de match pour un 103e match potentiel en coupe d’Europe.

Profiter de la méforme romaine

Toutes compétitions, c’est un autre chiffre qui impressionne : 777 apparitions sous le maillot romain. Pourtant, il n’était pas de la dernière défaite, contre Naples, le week-end dernier (1-2). Un revers qui s’inscrit dans la mauvaise passe des hommes de Luciano Spalletti : 3 défaites sur les 4 derniers matchs.

Une méforme qui contraste avec les résultats lyonnais : la bande d’Alexandre Lacazette est invaincue depuis un mois et une défaite à Guingamp (2-1). L’attaquant sait d’ailleurs ce qui l’attend : « Ça fait partie des challenges que je me suis fixé pour cette fin de saison. J’ai envie d'aider le coach, le club, mes partenaires et les supporters à faire quelque chose dans cette compétition. Je ne pense pas avoir beaucoup d’occasions. Si je n’en ai qu’une, ce sera à moi de la mettre au fond. »

Le buteur des Gones sera l’arme principale devant alors que dans l’entrejeu, Maxime Gonalons devrait céder sa place à la paire Tousart-Tolisso. En face, les Lyonnais ne retrouveront pas leur ex-coéquipier Clément Grenier, plus éligible cette saison dans l’épreuve pour avoir joué quelques minutes contre Séville. L’ancien milieu lyonnais aurait aimé démontrer ses qualités. Les protégés de Jean-Michel Aulas, eux, devront prouver…

Adrien Fonteneau @Adri_Fntn