Justin Kluivert Ajax Amsterdam
Justin Kluivert court sur les traces de son père, Patrick. | THOMAS EISENHUTH / ZB / DPA

L'Ajax et sa jeunesse prodigieuse

Publié le , modifié le

Quadruple vainqueur de la ligue des champions, l’Ajax fait partie des clubs les plus titrés d’Europe. En s’appuyant sur l’un des centres de formation les plus prolifiques du Vieux Continent, Amsterdam a lancé quelques-unes des plus grandes stars du foot, à l’instar de Luis Suarez, Ibrahimovic ou encore le légendaire Johan Cruyff. Mais les Néerlandais n’ont plus connu de finale européenne depuis 1996 et leur défaite en C1 face à la Juventus. Ce mercredi pourrait marquer le début de la fin de cette série face aux Lyonnais de Jean-Michel Aulas.

Chaque année, pas moins de 1200 jeunes se présentent aux journées de détection organisées par la grande Ajax, pour "une petite dizaine qui intègrent la formation", selon les précisions du directeur sportif David Endt. De jeunes prodiges du monde entier foulent alors les pelouses du mythique club d’Amsterdam. Cette saison, dix nationalités différentes évoluent dans cet effectif dont la moyenne d’âge n’excède pas 23 ans. Soit la plus jeune d’Europe.

Une jeunesse triomphante

La saison de l’Ajax est d’ores et déjà réussie. Les hommes de Peter Bosz ont atteint le dernier carré de la ligue Europa en sortant Varsovie, Copenhague et Schalke 04, en plus d’être encore en course pour le titre national (2e, à quatre points de Rotterdam). La fougue de ses jeunes pousses n’y est pas étrangère. Sur les 29 joueurs utilisés cette saison par le tacticien néerlandais, vingt ont moins de 23 ans ! Il faut dire que l’expertise de l’Ajax en termes de formation et détection n’est plus à prouver. Après avoir fait éclore Luis Suarez, Zlatan Ibrahimovic ou moins récemment Johan Cruyff, cette saison encore, l’Ajax détient plusieurs pépites.

Zlatan Ibrahimovic, attaquant de l'Ajax Amsterdam de 2001 à 2004.
Zlatan Ibrahimovic, attaquant de l'Ajax Amsterdam de 2001 à 2004.

La "marque Ajax"

Il y a tout d'abord celles issues du centre de formation. Davy Klaassen, 24 ans, est un de ceux-là. Propulsé capitaine, il a pour rôle d’encadrer ses jeunes loups, potentielles futures stars du ballon rond. C’est le cas du défenseur Matthijs de Ligt. Né en 1999, il porte les couleurs rouges et blanches depuis ses 9 ans. Titularisé en Coupe des Pays-Bas le 21 septembre dernier, il est devenu le plus jeune buteur de l’histoire du club, dépassant le célèbre Clarence Seedorf. Vient également Justin Kluivert. Celui qui fêtera ses 18 ans ce vendredi est déjà intégré au groupe pro. Buteur le 19 mars dernier face à Excelsior, la nouvelle attraction néerlandaise a recueilli les honneurs de son footballeur de père, Patrick Kluivert, ancienne gloire de l'Ajax et actuel directeur du football du PSG : "ce n’est pas facile pour un jeune de 17 ans, qui plus est sous le feu des projecteurs, d’être aussi performant". De quoi s’assurer un avenir radieux.

Mais outre la formation, le flair des recruteurs joue un grand rôle. Sans avoir les moyens des riches Madrilènes ou Parisiens, les dirigeants de l’Ajax jettent leur dévolu sur de jeunes joueurs méconnus au fort potentiel. Une stratégie qui s’avère payante. C'est ainsi que Kasper Dolberg, tout juste majeur, a réussi un triplé en 18 minutes face à Groningen. Il avait déjà marqué dès sa première apparition face au PAOK Salonique lors des qualifications pour la Ligue Europa, l’été dernier. L’ancien international Danois, Jon Dahl Tomasson, lui trouve une confiance sans faille. Non sans humour : "vous pouvez placer une femme nue devant Kasper, il ne se déconcentrera jamais !". Vient également Amin Younes, 23 ans, qui prend de plus en plus d’importance sur son couloir gauche. Mais le vrai gros coup est le milieu marocain Hakim Ziyech. Bien que boudé par Hervé Renard lors de la CAN 2017 en raison de son fort caractère, celui qui a créé le plus d'occasions des championnats européens (116) a déjà compilé 13 buts et 15 passes décisives cette saison. Et même les cages sont bien gardées. André Onana (21 ans), est scruté de très près par nombre de clubs européens.

Les grands d’Europe y font leur marché

Sauf que miser sur de jeunes joueurs n’est pas sans inconvénients. Chaque année, les plus grands clubs européens font leur marché dans la ville aux tulipes. "C'est frustrant car, certes, on gagne de l'argent avec les transferts, mais on ne récolte pas le fruit de notre travail sur le terrain. L'argent c'est bien mais la gloire c'est mieux !", s'est désolée David Endt au micro de BFMTV. L’écurie hollandaise, qui a vendu lors des derniers mercatos des joueurs comme Bazoer (12M€ à Wolfsbourg), Cillessen (13 M€ à Barcelone) ou encore Milik (32 M€ à Naples) devrait encore toucher le jackpot durant les prochaines échéances. Mais en attendant, place à l’OL !

Leo Anselmetti @LeoAnselmetti