Jose Martin Caceres (Juventus Turin) et Alexandre Lacazette (Olympique Lyonnais)
Lacazette (OL) n'a pas réussi à se défaire du marquage de Caceres (Juventus Turin) | OLIVIER MORIN / AFP

La Juventus élimine l'OL

Publié le , modifié le

Dans un vrai match européen, l'Olympique Lyonnais a un temps cru à l'exploit avant de subir les assauts d'une Juventus bousculée malgré la victoire (2-1). Lyon ne verra pas les demi-finales mais n'a pas été ridicule. Loin de là.

L'entame de match laisse présager le pire pour Lyon. Tévez inquiète Lopes d'une frappe lointaine qui frôle la lucarne du portier de l'OL avant d'obtenir un coup-franc à l'entrée de la surface. Très en vue, l'Apache laisse alors sa place au maître des lieux: Andrea Pirlo. Ce dernier ne se fait pas prier pour conclure le travail de son coéquipier argentin. Un coup-franc parfait qui laisse Anthony Lopes sans réaction. Après moins de cinq minutes, l'OL est déjà mené 1-0. Et si la soirée était longue ? Les minutes qui suivent l'ouverture du score rassure quelques peu les supporteurs lyonnais. Les joueurs de Rémi Garde entrent enfin dans la partie. Sans pouvoir être dangereux pendant quelques minutes mais contre toute attente et sur une action un peu bizarre, Lyon va égaliser. Lacazette joue un corner en retrait pour Mvuemba, ce dernier manque complètement son centre qui part en cloche dans la surface. Alors qu'on pense le ballon injouable, Jimmy Briand reprend de la tête et trompe un Buffon sans doute un peu surpris. Le rêve lyonnais est en marche.

Match équilibré

Car Lyon continue sur le même rythme et pose de réels problèmes au leader de Serie A. Peu avant la demi-heure de jeu, Gonalons envoie un missile vers les buts de la Juve. Cette fois-ci Buffon ne se laisse pas surprendre et repousse des poings. A la mi-temps, la différence de niveau supposée entre les deux équipes est loin, très loin de sauter aux yeux. Le Juventus Stadium est inquiet, et il a raison. Lyon ne craint plus la Vieille Dame. Mais petit à petit, on sent les Turinois reprendre le dessus. Carlos Tévez se voit refuser un but pour une position de hors-jeu logique. Un premier avertissement que les Lyonnais ne vont prendre au sérieux. A tort. Alors que Lacazette obtient un coup-franc très dangereux à l'entrée de la surface, Mvuemba choisit le côté gardien et n'inquiète pas Buffon. Dans la foulée, Marchisio frappe et profite d'une déviation d'Umtiti pour donner un avantage à priori décisif pour son équipe. Lyon a désormais laissé passer sa chance.

Lyon sort avec les honneurs

La fin de match est plus limpide. Lyon tente bien de planter quelques banderilles pour entretenir le fol espoir mais ni Ferri, ni Gomis entré en jeu, ne parviennent à se créer une réelle situation d'égaliser. Les changements de Rémi Garde ne font pas la différence. En face, Antonio Conte se permet le luxe de faire entrer en jeu Paul Pogba et Sebastian Govinco. La profondeur d'effectif fait la différence.

Après un joli parcours européen, les jeunes pousses lyonnaises s'inclinent face à plus fort qu'eux. L'OL aura au moins eu le mérite d'y croire jusqu'au bout. Néanmoins à ce stade de la compétition, l'expérience est une vertu cardinale. La Juventus sera en demi-finale et l'OL a payé pour apprendre.