rudi garcia lille
Lille paie pour apprendre | AFP - PHILIPPE HUGUEN

Garcia: "C'est la loi du football"

Publié le , modifié le

Alors que la victoire lui tendait les bras, Lille a concédé le nul face au PSV (2-2), jeudi en 16e de finale de la Ligue Europa. Un coup de bambou sur les têtes nordistes dans les dernières minutes, mais sans doute une leçon pour l'avenir. Le LOSC est toujours en course et croit en ses chances au retour aux Pays-Bas. Son entraîneur Rudi Garcia en tête qui reste persuadé que son

Lille a-t-il manqué de réalisme ou péché par suffisance? Forts de leur double avantage à la pause et jusqu'à huit minutes du coup de sifflet final, les Dogues ont sombré en une minute, limitant la casse pour sauver le nul 2-2. "On est fortement déçu. On mérite de gagner ce match. On voit le PSV revenir alors qu'il n'a pratiquement pas eu d'occasions", analyse Rudi Garcia. Les Nordistes ont fait le jeu, gêné un adversaire loin d'être aussi tranchants qu'ils le pensaient. "Nous avons réalisé un bon match. Malheureusement, on prend deux buts en deux minutes et cela change évidemment beaucoup de choses. Vue la prestation livrée, c'est vraiment dommage", explique David Rozenhal.

Dominer, c'est bien. Gagner, c'est mieux. "A dix minutes de la fin, on croyait vraiment au scénario parfait avec ces deux buts d'avance. Au coup de sifflet final, on ne pouvait rien ressentir d'autre que de la déception", constate déçu le défenseur lillois. Et l'entraîneur de rajouter: "C'est la loi du football : il faut être présent tout au long de la partie car une absence de quelques minutes peut coûter cher." Encore trop tendres les Dogues? Pas forcément, mais sans doute encore un peu inexpérimentés dans les matches à élimination directe où le moindre faux pas se paie cash. Car le LOSC n'a jamais pris de haut son adversaire jeudi soir et c'est bien un coupable relâchement en défense qui a fait basculer une rencontre qu'ils maîtrisaient impeccablement. "On a plutôt été surpris par la qualité moyenne du PSV, mais je crois que le jeu que nous avons développé et l'état de la pelouse ont gêné nos adversaires dans pas mal de compartiments" analyse Rozenhal.

"On a été supérieur"

"On a vu qu'on pouvait aligner un très bel état d'esprit, explique Yohan Cabaye. Servons-nous de cela dans une semaine." Car dans le Nord, personne ne veut accabler l'équipe alignée par Rudi Garcia. L'entraîneur lillois avait choisi de laisser au repos plusieurs titulaires et de donner du temps de jeu à d'autres comme Pierre-Alain Frau, Tulio De Melo ou Idrissa Gueye. Les deux derniers ont répondu par un but. "Je suis très satisfait de la prestation de ceux qui ont débuté le match. Ils ont montré qu'on pouvait compter sur eux, déclare Garcia. Avec une équipe différente, on n'a pas vu une équipe inférieure à celle du PSV. C'était même le contraire."

A Lille, on joue et on parle en groupe. "C'était important de les tenir prêts car les matches vont se succéder", annonce Garcia qui aura un difficile déplacement à Montpellier dimanche. Le match retour au Philips Stadion dans une semaine. "On s'attend donc à évoluer face à un niveau de jeu plus élevé jeudi prochain, prédit Cabaye. On ne sera pas impressionné pour autant. L'objectif reste la qualification." Loin d'être abattu, le LOSC reste même confiant pour un match qui s'annonce "très chaud" et où le PSV sera favori. "La qualification est tout à fait dans nos cordes. On a été supérieur. Et tous les espoirs sont permis, même si on verra sûrement une autre équipe du PSV devant son public, non pas dans la composition car c'est toujours la même, mais dans le jeu et les intentions. On doit se convaincre qu'on peut se qualifier aux Pays-Bas." Rudi Garcia met déjà ses troupes en ordre de marche.