Videoton-Bordeaux
La joie des joueurs hongrois de Videoton | HENNING BAGGER / SCANPIX DENMARK / AFP

Europa Ligue: coup de froid pour Bordeaux à Videoton

Publié le , modifié le

Bordeaux a connu une véritable désillusion en se faisant sortir sur la pelouse des Hongrois de Videoton (1-0) jeud lors du 3e tour retour de la Ligue Europa. A l'aller, les Bordelais l'avaient emporté chez eux (2-1) mais ils n'ont pas su valider cet avantage, en se montrant trop peu réalistes offensivement. Le but inscrit par Stopira dans le temps additionnel de la première période a suffi aux Hongrois pour se projeter dans la suite de la compétition.

Le défenseur cap-verdien de Videoton a profité d'un cafouillage de la défense bordelaise pour tromper Costil, qui a pourtant été décisif à de nombreuses reprises. Mais les Girondins n'ont pas été assez tranchants dans leurs duels. face à des Hongrois, a priori plus faibles et sans doute moins talentueux mais qui ont su mettre beaucoup plus d'intensité collective dans la rencontre. 

Des Girondins inoffensifs

Jamais véritablement entrés dans le match, les Bordelais ont failli perdre leur maigre avantage dès les premières minutes. Heureusement, ils ont pu compter sur la maladresse de Marko Scepovic (1e) et d'Attila Fiola (4e) et sur le la bonne sortie de Benoît Costil (3e). Mais c'est de part et d'autre de la mi-temps que la différence s'est faite: d'abord après cinq minutes d'arrêts de jeu en première période quand Stopira se démarque de Gaëtan Laborde pour placer une tête décisive, puis au retour des vestiaires quand Youssouf Sabaly a écopé d'un deuxième avertissement pour un tacle en retard sur Asmir Suljic (46e), synonyme de carton rouge.

En deux minutes, l'affaire était pliée. Et même l'entrée en jeu d'Alexandre Mendy, à la place d'un Valentin Vada transparent, n'a rien changé. Les Hongrois ont d'ailleurs continué à avoir les meilleures occasions par Roland Szolnoki (45e+2), Danko Lazovic (47e) ou Ezekiel Henty (49e, 67e). Après le match aller, les hommes de Jocelyn Gourvennec pouvaient nourrir des regrets au regard du nombre d'occasions qu'ils se sont créées. Mais, 90 minutes plus tard, même face à une équipe de Videoton réduite à dix après l'exclusion Jozsef Varga (69e), ils auront surtout à coeur d'oublier qu'ils n'ont pas cadré une seule frappe.

Christian Grégoire