Cédric Carrasso (Bordeaux)
Cédric Carrasso (Bordeaux) | PIERRE ANDRIEU / AFP

Carrasso: "Il n'y a pas le feu"

Publié le , modifié le

Capitaine d'un Bordeaux mal en point en championnat et giflé lors de son premier match de Ligue Europa, Cédric Carrasso veut croire en une belle semaine, à commencer par jeudi contre le Maccabi Tel Aviv: "On a une semaine intéressante avec deux matches à la maison et ça serait bien avant la trêve internationale de confirmer les mieux et gommer les moins bien pour se relancer dans ce groupe." Mais le gardien international n'occupera pas la cage girondine, remplacée par Kevin Olimpa.

- Ce match est l'occasion de poursuivre votre série sans défaite, voire de  l'améliorer ?
Cédric Carrasso:
"On a une semaine intéressante avec deux matches à la maison (Maccabi et  Sochaux) et ça serait bien avant la trêve internationale de confirmer les mieux  et gommer les moins bien pour se relancer dans ce groupe. Par habitude d'avoir  joué ces phases de qualifications européennes, on sait à peu près que le tarif,  c'est 10 points. Gagner ses matches à la maison et faire un nul à l'extérieur.  Pour l'instant, il n'y a pas le feu. Mais on joue à la maison, donc il faut  prendre les trois points". 

- Quelles sont les certitudes que vous avez aujourd'hui ?
C.C.:
"L'élément qui m'a le plus sauté aux yeux, c'est lorsque l'on est  capable d'être solidaire et jouer en équipe. A certains moments, on a vu qu'on  était capable de marquer des buts, à d'autres de ne pas en prendre. Ce qui nous  manque aujourd'hui c'est d'associer les deux pour sortir le match parfait qu'on  attend depuis le début, une bonne victoire sans prendre de but, avec la manière  pour se rassurer. Il va falloir une équipe très unie pour venir à bout d'une  équipe israélienne qui a très bien démarré sa saison. J'ai vu leur bilan, que  des victoires en championnat, un nul en Europa League, pas de but encaissé.  C'est une équipe qui arrive en confiance, qui va être difficile à manoeuvrer.  Je pense que ça va être un match très compliqué, très fermé au départ. Ce sera  à nous de débloquer ça".

- L'Europa League est-il un objectif vu votre situation en L1 ?
C.C.:
"Ça reste un objectif. Après il y a une gestion à avoir et ça c'est le  coach qui gère tout ça. Pour nous joueurs, avoir la chance de jouer une Coupe  d'Europe, après ce qu'on a vécu l'année dernière avec ce groupe, on a envie d'y  passer. On a plusieurs choses à défendre: notre honneur, le drapeau français au  dessus de la tête, l'indice UEFA. Ce n'est pas en laissant de côté ce genre de  compétitions qu'on va apporter des points à notre pays".

AFP