Benfica
La joie des joeuurs de Benfica | PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP

Bordeaux se complique la tâche

Publié le , modifié le

Malgré une prestation globalement encourageante, Bordeaux s'est incliné sur la pelouse du Benfica Lisbonne (1-0) en 1/8e de finale aller de Ligue Europa et pourra regretter son manque d'efficacité. La qualification reste néanmoins jouable.

Amorphes en championnat, les Bordelais peuvent encore compter sur la Ligue Europa pour se changer les idées. Auteurs d'un bon match malgré la défaite face à une équipe du Benfica souveraine sur ses terres, les hommes de Francis Gillot peuvent encore espérer décrocher leur ticket pour les quarts de finale. Comme souvent, c'est dans la finition que les Bordelais ont péché. 

Menés à la pause grâce à un but somptueux de Rodrigo, les Girondins pouvaient légitimement nourrir des regrets à l'issue d'un premier acte qu'ils n'auront pas subi à défaut d'avoir su faire peser un véritable danger sur la cage d'Artur Moraes. Vif, volontaire et généreux dans l'effort, Bordeaux a peiné à faire la différence dans les 20 derniers mètres et se sont fait surprendre par une équipe du Benfica tout sauf étincelante.

Le missile de Rodrigo

En héritant du ballon à l'entrée de la surface bordelaise, Rodrigo, l'attaquant du Benfica, a refroidi quelque peu les ardeurs girondines en déclenchant une frappe surpuissante et sans élan qui est venue heurter le dessous de la transversale avant de rentrer dans le but avec l'aide de Carrasso (21e). Et même si Oscar Cardozo était tout proche de faire le break dans la foulée, Bordeaux n'aura jamais vraiment été mis en danger en dehors de ces deux occasions.

Moins rythmée, la deuxième période donnera également un goût amer aux les hommes de Francis Gilot. A la peine physiquement, les Lisboètes laissent le ballon à leurs adversaires et se bornent à contrer les velléités offensives bordelaises avec expérience. Maladroit, bordeaux ne parvient pas à aller au bout de ses actions et termine le match sans avoir pu saisir les opportunités qui lui étaient offertes. Frustrant. 

Victor Patenôtre