Ludovic Sane
Le joueur de Bordeaux, Ludovic Sane | AFP - SAKIS SAVIDES

Bordeaux, pour y croire encore

Publié le , modifié le

Dos au mur en Europa League où il ne maîtrise plus son avenir, Bordeaux (4e) doit d'abord l'emporter face au leader Francfort, ce jeudi lors de la 5e journée, s'il veut s'offrir un éventuel match à quitte ou double dans deux semaines à Tel-Aviv.

Pour les hommes de Francis Gillot, les données sont claires: il leur faut  une victoire pour continuer de croire au printemps européen, en espérant  également que le derby méditerranéen entre l'Apoel et le Maccabi ne tourne pas  en faveur des Israéliens, qualifiés pour les 16e de finale en cas de succès. Au regard des performances des uns et des autres jusque-là, la mission  s'annonce ardue face à l'Eintracht, qui évoluera pratiquement à domicile avec  12.000 supporters annoncés jeudi en Gironde (contre 8.500 spectateurs français  attendus), un record pour une équipe visiteuse en Europe en phase de poules. D'autant plus, au cas où, calendrier démentiel oblige (9 matches en un  mois), les Bordelais aligneraient de nouveau une équipe mixte en prévision de  la réception d'Ajaccio en L1 dimanche à 14h00. Gillot, privé de Landry Nguemo, exclu à Nicosie et donc suspendu, d'André Poko, blessé, dérogera-t-il à ce principe? Sacrifiera-t-il une nouvelle fois  son buteur Cheick Diabaté (44 minutes de jeu cette saison en C3 lors de la  seule victoire bordelaise, contre l'Apoel)? La tentation existe.

Lueur d'espoir

Quelle que soit sa composition d'équipe, s'il veut passer l'écueil  germanique et rester en vie dans cette poule où il était initialement la tête  de série, Bordeaux devra surtout régler son problème de réalisme dans les deux surfaces de réparation, et de concentration dans la sienne, son péché cette saison. Il y a fort à parier que la leçon d'allemand prise en septembre a piqué au  vif: une revanche est très attendue par Cédric Carrasso et ses coéquipiers, balayés 3-0 en Hesse -ils avaient fini à dix suite à l'expulsion d'Orban- alors qu'ils étaient en crise ouverte en L1 (16e). Une lueur d'espoir toutefois: si l'équipe phare de la ville la plus riche d'Allemagne a inscrit au moins deux buts lors de ses deux déplacements à Chypre  (3-0) et en Israël, elle a aussi encaissé quatre buts à Tel Aviv (4-2). Le signe d'une certaine fragilité ces dernières semaines, notamment en Bundesliga où elle se traîne dangereusement à la 15e place (sur 18) et où n'a  plus gagné depuis le14 septembre.

AFP