Obraniak et Henrique (Bordeaux) encadrent Melgarejo (Benfica)
Obraniak et Henrique (Bordeaux) encadrent Melgarejo (Benfica) | JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Bordeaux bute sur Benfica

Publié le , modifié le

L'aventure en Ligue Europa est terminée pour Bordeaux, battu sur sa pelouse (2-2) jeudi en 8e de finale retour. Les Girondins ont une fois encore payé leur manque d'efficacité offensive alors qu'ils se sont créés quelques occasions. Les Portugais se sont montrés beaucoup plus réalistes, et alors que les Bordelais ont été très laborieux pour marquer deux fois, ils sont parvenus très facilement à reprendre l'avantage chaque fois.

Même s'ils considéraient que leur courte défaite (1-0) à l'aller leur permettait d'entretenir l'espoir, les Bordelais étaient pourtant prévenus et connaissaient les qualités du Benfica souvent à l'aise à l'extérieur puisqu'ils avaient déjà gagné à Leverkusen et fit le nul au Barça. Et pour s'en sortir, les hommes de Gillot devaient hausser leur niveau de jeu. Ils l'ont fait en partie dans l'organisation et dans la construction, le collectif a tenu le choc, mais ils ont eu du mal à franchir le dernier rideau et lorsqu'ils l'ont fait, ils ont manqué d'efficacité dans le dernier geste.   

Les Girondins ont pourtant fait ce qu'il fallait en début de rencontre, imposant leur rythme,  et en pressant sur le but portugais. Avec un milieu apportant du soutien, ils se créaient plusieurs occasions intéressantes par Diabaté et Saivet notamment, ou encore une frappe de Maurice-Belay déviée par le gardien lisboète. A force de ne pas pouvoir débloquer le match en marquant le premier but, les Bordelais perdaient la maîtrise et se faisaient contrer à la 30e, Jardel reprenant victorieusement  de la tête un corner bien frappé, profitant également d'une erreur de timing dans la sortie aérienne de Carrasso.
Dès lors, la situation changeait puisque les Bordelais devaient marquer trois fois. Et que le Benfica laissait tranquillement venir.     

Les Girondins impuissants

A l'entame de la 2e période, les Girondins tentaient bien quelques actions mais elles restaient timides. Ils reprenaient toutefois espoir lorsque Diabaté égalisait profitant d'une reprise involontaire de Jardel pour tromper le gardien. Espoir de courte durée puisque dans la foulée Cardozo doublait la mise pour le Benfica.

La défense bordelaise craquait sans rompre tout à fait mais les circonstances l'aidait un peu puisque Jardel, décidément malheureux, marquait contre son camp et redonnait l'avantage à Bordeaux. Mais une fois encore, comme s'ils avaient eu la capacité de marquer quand ils voulaient les hommes de Jorge Jesus scellait le sort du match, par ce même Cardozo.

Après avoir renoué avec la victoire en L1, Bordeaux, souvent plus en verve ou plus servis par la chance en Coupe d'Europe cette saison, a cette fois-ci semblé impuissant pour bousculer le leader du championnat du Portugal

Christian Grégoire