Monaco
Ricardo Carvalho, Wallace et Jérémy Toulalan (AS Monaco) devront tenir le choc en Azerbaïdjan | Valery Hache - AFP

Attention, virages dangereux !

Publié le , modifié le

Journée clé pour nos quatre représentants impliqués dans la course à la qualification en Europa League. Si Saint-Etienne et Monaco semblent en ballottage favorable, l'OM à un degré moindre, ça sent par contre le roussi pour Bordeaux. Un grand chelem est encore possible, mais certains vont devoir se réveiller et cravacher. Evaluation des chances de chacun dans cette compétition, trop longtemps négligée par le football hexagonal. Les jeudis sans relief et sans exploit, maintenant, ça suffit !

Qarabag Agdam - AS Monaco (17h) - Un bon coup à Bakou ?

Leader du groupe J avec cinq points au compteur, l'ASM s'est lancée dans un long périple en Azerbaïdjan avec l'espoir de conforter sa position. Surtout dans l'optique de voir Tottenham et Anderlecht se neutralisaient dans l'autre match de la soirée. Malgré tout, la bande à Leonardo Jardim ne s'attend pas à un voyage d'agrément sur les bords de la Mer Caspienne, puisque les joueurs du Rocher ont eu tant de difficultés à s'imposer au match aller contre Qarabag (1-0, but de Traoré). Pour autant, les Monégasques paraissent nettement plus à l'aise à l'extérieur que dans leur ambiance intimiste de Louis-II. Même privé de Fabio Coentrao, Nabil Dirar et Thomas Lemar, tous trois blessés, Monaco, avec un effectif plus conséquent que son adversaire, a les arguments pour l'emporter à Bakou (la ville d'Agdam est en ruines, après la guerre qui a sévi dans le Haut-Karabagh).

De plus, l'expérience acquise la saison passée lors de l'épopée en Champions League devrait aider la bande à Toulalan à passer le cap. « Nos prestations me rappellent un peu la saison dernière, avoue le capitaine asémiste. On n'est pas super beaux à voir, même si des fois il y a des belles phases de jeu. Tout n'est pas parfait mais, avec les victoires, on va retrouver de la confiance et j'espère que ça va aller mieux. Quand on est en difficulté, il faut revenir à des choses simples, qu'on connaît. » Voilà qui tombe bien : la Coupe d'Europe, Monaco maîtrise.

Chance de qualification : 60 %

Olympique de Marseille - SC Braga (19h) - L'OM n'a pas le choix

[scald=21235:sdl_editor_representation]

Nettement plus présentable, après deux succès à l'extérieur en Ligue 1 (à Lille 2-1, puis à Nantes 1-0), la troupe à Michel joue gros ce jeudi soir, dans son Vélodrome contre les Portugais de Braga. Les mêmes qui, il y a quinze jours, les ont surpris en toute fin de match (3-2), alors que les Marseillais avaient tout mis en oeuvre pour revenir dans la partie. Décrochés au classement de ce groupe F par les "Arcebispos", les Phocéens vont jouer leur qualification dans un mouchoir, avec le Slovan Liberec et le FC Groningen. Cependant, avant ces deux échéances, les partenaires de Steve Mandanda n'ont plus le choix : à eux de dominer le finaliste de cette même Europa League en 2011. «On n'a pas forcément bien joué à Nantes, mais on a gagné, reconnaissait le technicien espagnol. Parfois, on ne retient pas si on joue bien ou mal. On défend mieux, on défend de façon solidaire et, en seconde période, on a aussi su attaquer. On a perdu beaucoup de temps et on travaille dur pour le récupérer. C'est vrai que, deux victoires de suite, ça fait du bien pour la confiance.»

Le paradoxe, désormais pour ce Marseille encore convalescent, est de retrouver des couleurs à domicile. La pelouse du Vel' n'est plus imprenable. L'adversaire le sait et ose. Bref, dans son écrin, l'OM ne fait plus peur. Autre interrogation : comment le groupe aura-t-il digéré la récente altercation (preuve s'il en fallait encore d'une certaine fébrilité) à l'entraînement ayant opposé Michy Batshuayi et Abdelaziz Barrada ? Ce ne serait pas plus mal si les joueurs avaient gardé suffisamment d'influx pour dominer une formation de Braga qui se présente, boulevard Michelet, avec le plein de points et d'assurance (trois matches, trois victoires).

Chance de qualification : 55 %

FC Sion - Girondins de Bordeaux (19h) - Comme un goût de bouchon

Personne ne veut parler de crise. Sujet tabou du côté du Haillan. N'empêche que les Girondins sont actuellement dans le dur. Leur mois d'octobre fut calamiteux, avec un seul succès enregistré en six matches. Et encore, il fut miraculeux contre Troyes (1-0) ! Dans la coulisse, les dirigeants bordelais, Jean-Louis Triaud en tête, maintiennent leur confiance vis-à-vis de Willy Sagnol, leur entraîneur. Mais l'ancien international manque de solutions pour rebooster un effectif actuellement aux abois. Pire : le parcours en Europa League n'a pas servi de bouffée d'oxygène, puisque Bordeaux n'y a toujours pas gagné une seule rencontre. Et la piteuse sortie, il y a quinze jours, dans le nouveau stade contre Sion (0-1), n'a guère redonner de peps à l'ensemble. Doté d'une attaque aphone, le club au scapulaire cherche la bonne formule.

Avec un Diego Rolan méconnaissable depuis la reprise, Bordeaux est moins outillé dans le domaine offensif. Le retour de Cheikh Diabaté, l'homme qui tombe à pic, pour ce match en Suisse, à la pointe de l'attaque, devrait compenser ce déficit dans l'impact. Derniers du groupe B, les Girondins ne sont toutefois pas décrochés au classement, puisque la deuxième place occupée par Liverpool n'est qu'à un point. Seulement, si Bordeaux n'a pas un sursaut d'orgueil, les prochains déplacements, dès ce soir à Sion, sans oublier plus tard la périlleuse visite à Anfield, pourraient se transformer en supplices. Pas de doute : ça sent le vinaigre pour ce cru 2015.

Chance de qualification : 35 %

AS Saint-Etienne - FC Dnipro (21h05) - Coup double pour les Verts ?

[scald=21237:sdl_editor_representation]

Après leur épique succès il y a quinze jours en Ukraine (1-0, but d'Hamouma, dans un stade à huis-clos, après un périple usant), les Stéphanois retrouvent, mais cette fois à Geoffroy-Guichard, les derniers finalistes de l'Europa League. Si les joueurs de Christophe Galtier venaient à l'emporter dans le Chaudron, le tout conjugué à un succès dans ce groupe G de la Lazio en Norvège contre Rosenborg, la qualification pour les seizièmes de finale seraient à portée de crampons. Avec un effectif quasi au complet et enfin délestés du poids d'être restés huit matches de poules sans succès dans cette compétition, les Verts seront particulièrement motivés pour offrir une victoire de prestige à leur fidèle public. Seule interrogation : les titulaires seront-ils vraiment concernés par ce défi, à trois jours seulement du crucial derby contre Lyon à Gerland ?

Après le match contre Reims (3-0), l'entraîneur stéphanois rappelait la priorité de ne pas négliger cette rencontre : "Ce sera un match de haut niveau, j'espère qu'il y aura une grosse ambiance. C'est un rendez-vous européen excitant et c'est bien de l'avoir préparé avec une victoire et des attaquants qui marquent. Cette détermination, nous en aurons besoin jeudi. Le match le plus important qui arrive, c'est celui de Dnipro !" Quoi qu'il en soit, les coéquipiers de Loïc Perrin ont tout intérêt à grappiller les trois points dès maintenant, afin de s'éviter un match couperet, lors de la dernière journée, contre la Lazio.

Chance de qualification : 70%

Nicolas Gettliffe