Unaï Emery
Unaï Emery | Alexander NEMENOV / AFP

Arsenal : Unai Emery, un bilan décevant malgré tout

Publié le , modifié le

Unai Emery a fait tourner Arsenal en rond. C'est du moins le sentiment qui prédomine mercredi soir après la défaite face à Chelsea (4-1) en finale de Ligue Europa. Un échec synonyme d'adieux à la Ligue des champions la saison prochaine, l'entraîneur espagnol n'ayant pu faire mieux qu'une 5e place en championnat. Arrivé l'été dernier sur le banc des Gunners, Emery a encore de la route devant lui pour faire oublier son prédécesseur, Arsène Wenger.

À Bakou, Unai Emery jouait gros et il a tout perdu. En terminant 5e de Premier League au pied du top 4 qualificatif pour la Ligue des champions, l’entraîneur espagnol n’avait d’autres choix que d’aller s’imposer en finale de Ligue Europa. Mais après l’échec face à Chelsea 4 buts à 1, Emery et Arsenal peuvent dire adieu à la C1. Un échec lourd à porter pour l'ancien coach du Paris Saint-Germain, arrivé sur le banc des Gunners l'été dernier, avec la lourde tâche de reconstruire le club sur les vestiges laissés par Arsène Wenger.

À l'heure de tirer le bilan de la saison, on ne peut pas franchement dire qu'Unai Emery ait révolutionné le club londonien. Des progrès dans le jeu et dans l'état d'esprit certes, mais sur le plan comptable à l'arrivée, les supporters d'Arsenal n'ont pas grand chose à se mettre sous la dent. 

Des chiffres pas franchement convaincants

Le coach Basque est arrivé à Londres dans un club en pleine reconstruction, avec un objectif premier : retrouver la Ligue des champions, qu'Arsenal n'a pas jouée ces deux dernières saisons. En terminant 5e de Premier League, Emery a fait guère mieux que son prédécesseur, parti l'été dernier sur une 6e place en Championnat. Côté chiffres, on ne peut pas dire non plus qu'il y ait du mieux. Arsenal continue d'encaisser beaucoup de buts (51 en Premier League, soit autant que la saison passée) sans en marquer plus (73, contre 74).

En championnat, les Gunners se sont montrés encore loins des cadors du pays, avec seulement 3 victoires en 8 matches contre les membres du "Big Six" (Arsenal, Liverpool, Chelsea, Manchester United, Manchester City et Tottenham). Si la série d'invincibilité de 22 matches entre août et décembre, la plus longue depuis 2007, est à mettre au crédit d'Unai Emery, c'est en déplacement que le coach n'a pas franchement convaincu. Arsenal n’a gardé sa cage inviolée qu’une seule fois à l’extérieur en Premier League cette saison, son plus faible total depuis plus de 50 ans. 

Emery termine la saison sur une fausse note

C'est sur la scène européenne qu'Unai Emery a apporté sa patte. Après une demi-finale en Ligue Europa l'an dernier, les Gunners ont atteint la finale cette saison, notamment grâce au coach basque, spécialiste de la compétition (qu'il a gagné 3 fois avec Séville entre 2014 et 2016). Le titre en C3 aurait pu tout changer. Seulement, après une compétition menée de la tête et des épaules, où les Gunners se sont montrés insubmersibles à domicile dans les doubles confrontations, ils se sont complètement écroulés en finale. 4 buts à 1 face à Chelsea et un Unai Emery désemparé, la mine basse, rappelant inévitablement ses éliminations tragiques avec le PSG en Ligue des champions. 

Avec ce dernier rendez-vous manqué, Unai Emery termine la saison sur une fausse note et n'aura finalement pas grand chose à offrir aux supporters. Si de nombreuses personnes ont chanté les louanges de l'Espagnol en court de saison, à l'arrivée il semblerait qu'il faille plus d'une saison pour réellement faire oublier Arsène Wenger.