Suède-France : un contexte "anxiogène" pour Didier Deschamps

Publié le , modifié le

Auteur·e : France tv sport
Didier Deschamps en conférence de presse
Didier Deschamps en conférence de presse | Thomas SAMSON / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Didier Deschamps a mis en avant un contexte "assez pesant et contraignant" avant la rencontre de Ligue des Nations entre la Suède et la France. Le sélectionneur des Bleus est également revenu sur le retour d'Adrien Rabiot en équipe de France.

L'équipe de France prépare sa reprise internationale face à la Suède, ce samedi à Solna. Didier Deschamps est revenu sur les grandes questions autour de cette rencontre : le contexte du coronavirus, le retour d'Adrien Rabiot ou encore les difficultés récurrentes des Bleus en Suède. 

"Une situation particulière"

"On a pu faire quelques séances collectives cette semaine, mais je n'ai pas la prétention de remettre des joueurs à niveau athlétique égal, a expliqué le sélectionneur des Bleus en conférence de presse vendredi. Faire des séances d'entraînement et faire un match complet, ce n'est pas du tout les mêmes efforts." Un contexte différent physiquement par rapport aux rassemblements classiques de l'équipe de France, mais aussi mentalement. "Il y a eu le plaisir de se retrouver, d'être sur le terrain. Nous vivons tous une situation particulière, anxiogène, avec certains qui ont plus d'inquiétudes que d'autres, a souligné Deschamps. On doit s'adapter, le contexte est assez pesant et contraignant, mais on n'a pas d'autre solution. On est là pour respecter les protocoles et faire en sorte de ne pas courir le moindre risque."

à voir aussi Équipe de France : dans quelles conditions les Bleus vivent leur bulle sanitaire ? Équipe de France : dans quelles conditions les Bleus vivent leur bulle sanitaire ?

Son retour a été l'attraction de la liste de l'équipe de France. Deux ans après avoir refusé d'être réserviste pour la Coupe du monde 2018, Adrien Rabiot pourrait débuter la rencontre face à la Suède. "J'ai eu une discussion avec lui, on a échangé, il m'a dit des choses, je lui ai dit certaines choses. Ça appartient au passé, a éludé Deschamps. Il n'a pas eu énormément de sélections, il en a 6. Qu'il reste sur des prestations mitigées, il en a bien conscience. Mais c'est derrière, ce qui est important pour lui et pour moi, c'est aujourd'hui, ce qui va arriver demain. On ne peut pas effacer ce qui s'est passé. La vie continue."

Deschamps confiant pour Rabiot

Un retour en grâce à la faveur d'une deuxième partie de saison prometteuse avec la Juventus, où Rabiot a poussé sur le banc, voire jusqu'en MLS, un autre Français : Blaise Matuidi. "Ce qui a changé, c'est ce qu'il réalise avec son club depuis début 2020, cela le positionne de nouveau, a souligné Deschamps. Cela s'est bien passé (cette semaine), il n'y a pas de raison que cela se passe mal de toute façon. L'important est qu'il soit là, heureux d'être là, et que ça n'impacte pas ce qu'il a fait cette semaine et ce qu'il sera amené à faire sur les deux matches."

à voir aussi Positif à la Covid-19, Mandanda victime d'un "problème de règlement" Positif à la Covid-19, Mandanda victime d'un "problème de règlement"

Pour cette drôle de reprise, l'équipe de France connaît bien son adversaire. Les Suédois ont souvent posé des problèmes aux Bleus. "C'est le mérite de cette équipe, c'est vrai que l'équipe de France ne s'est imposée qu'une fois ici sur les cinq dernières rencontres, a jugé Deschamps. C'est une équipe expérimentée qui se connaît bien, avec des joueurs de très bonne qualité. C'est jamais évident, c'est la vérité d'un match. Ce n'est jamais une partie de plaisir de venir jouer ici. La Suède fait partie des très bonnes équipes européennes, capable de battre d'autres très bonnes équipes européennes."

Propos recueillis par l'AFP

France tv sport francetvsport