Lucas Digne face à Steven Bergwijn
Lucas Digne face à Steven Bergwijn | EMMANUEL DUNAND / AFP

Nzonzi, Kimpembe, Digne : la France n'en voulait pas assez, elle l'a payé

Publié le , modifié le

Nonchalante et dépassée, l'équipe de France a subi une défaite logique vendredi face aux Pays-Bas qui aurait pu être bien lourde sans le match exceptionnel d'Hugo Lloris (2-0). Steven Nzonzi, Presnel Kimpembe et Lucas Digne, introduits dans le onze type, ont souffert face à la vivacité néerlandaise. 

• Nzonzi, mangé dans l'envie

Pour sa treizième sélection et sa quatrième titularisation, Steven Nzonzi a éprouvé toutes les peines du monde à trouver sa place. Positionné aux côtés d'Ngolo Kanté, le milieu français a souvent vu Matuidi se rapprocher de lui. Pas suffisamment agressif, le Romain a failli là où on l'attendait : du volume du jeu et de la puissance physique. 

Inexistant offensivement, il est même auteur d'une tête hésitante qui débouche sur le premier but de Wijnaldum (44'). Il pourra difficilement prétendre à un rôle plus important après une telle prestation. Et a surtout réussi à rappeler à quel point l'absence de Paul Pogba est préjudiciable pour l'animation du milieu et la projection française.

• Kimpembe, autoritaire mais pas rassurant

Mais il est loin d'être le seul. Presnel Kimpembe, autoritaire dans ses interventions, est en retard sur la prise de balle de Babel qui amène le but après l'arrêt de Lloris. Certes, il est tributaire de la tête dangereuse de Nzonzi mais il laisse le joueur de Besiktas armer et frapper. Il avait déjà raté son tacle sur la première incursion néerlandaise. 

Doublure de Samuel Umtiti, le Parisien n'a pas été catastrophique mais il a coulé comme ses coéquipiers. Pas exempt de tous reproches sur le but, il n'est pas encore prêt pour être titulaire indiscutable en équipe de France. 

 

La tête basse pour les Bleus face aux Pays-Bas.
La tête basse pour les Bleus face aux Pays-Bas. © JOHN THYS / AFP

• Digne, appliqué et c'est tout

Lucas Digne a apporté des choses intéressantes offensivement. Son centre enroulé pour la tête de Griezmann a fait naître la première occasion française. Mais, en manque d'automatismes logiques avec Kimpembe, il a souffert physiquement face à la puissance des ailiers néerlandais, comme à la première minute. Avec seulement 36% de duels gagnés, le latéral d'Everton a encore éprouvé des difficultés dans l'impact physique. 

Trop laxiste dans l'engagement comme toute l'équipe de France, il a confirmé que les couloirs sont une grosse piste d'amélioration pour les Bleus. De l'autre côté, Pavard a également trop subi et confirme sa forme décevante.

• En résumé : Lloris a tout tenté, Pogba a cruellement manqué

"Ils avaient beaucoup d'envie, nous pas suffisamment. Dans l'agressivité, il n'y a pas eu photo. C'est logique qu'ils aient gagné ce match. On a eu un déchet technique beaucoup trop important." Didier Deschamps avait l'analyse lucide à la sortie du match.

Face à une équipe des Pays-Bas très appliquée, qui a fait preuve de concentration et d'application, cette équipe de France est apparue méconnaissable. Et les trois nouveaux introduits dans le onze n'ont rien fait pour bousculer la hiérarchie établie. Samuel Umtiti, Lucas Hernandez et surtout Paul Pogba peuvent dormir sur leurs deux oreilles.