Joachim Löw
Le sélectionneur de l'équipe d'Allemagne, Joachim Löw. | Marius Becker / DPA

Ligue des Nations : l'Allemagne toujours en quête de repères contre les Pays-Bas

Publié le , modifié le

Après un Mondial catastrophique, l'Allemagne tente de retrouver de la sérénité pour affronter les Pays-Bas en Ligue des Nations. Défaillances des cadres, absence de onze-type, les remous de la sélection pourraient même coûter son poste à Joachim Löw.

Vraie compétition, la Ligue des Nations ? Pour les Allemands, la question ne se pose pas avant d'affronter les Pays-Bas. Après une Coupe du monde ratée et une élimination dès les poules, ils ont cruellement besoin de résultats. Ou au moins d'idées. Portée sur le toit du monde en 2014 par une synthèse réussie entre la traditionnelle verticalité allemande et le football de possession de Pep Guardiola, alors au Bayern Munich, la Mannschaft ne semble plus avoir aujourd'hui de fil conducteur. 

Un onze très incertain

Au cœur de la faillite allemande en Russie, celle de ses cadres. Toni Kroos et Sami Khedira n'avaient plus les jambes pour dominer le milieu de terrain, Mesut Özil et Thomas Müller ont traversé la compétition comme des fantômes et Mats Hummels a passé la plus grande partie de son temps à critiquer ses coéquipiers. Le renouveau allemand passera par ses jeunes comme Leon Goretzka, absent sur blessure ce soir, au milieu ou Julian Brandt en attaque. Mais Joachim Löw a du mal à assurer la transition, ce qui rend son onze souvent imprévisible. Il ne devrait pas toucher à son axe Neuer-Boateng-Hummels- Kroos mais pour le reste, tout est ouvert. 

 

La quête d'un avant-centre

La principale question concerne l'attaquant de pointe, et ce depuis plusieurs années. Depuis le départ de Miroslav Klose et malgré le retour temporaire de Mario Gomez, trop souvent freiné par les blessures, les Allemands peinent à installer un nouveau taulier à la pointe de leur attaque. Successeur désigné, le talentueux Timo Werner (22 ans, Leipzig) peine à convaincre, trop souvent esseulé. Habitué à évoluer à deux, il semble plus performant décalé sur le côté gauche, où il a débuté en sélection sur les deux derniers matches. Un temps inévitable, Thomas Müller (Bayern Munich) pèse beaucoup moins depuis deux ans et ne représente plus une alternative viable en pointe. Marco Reus (Dortmund), aligné à ce poste contre la France (0-0) et le Pérou (2-1), a montré de bonnes choses. Mais sa blessure récente relance le casse-tête. 

Löw vraiment en danger ? 

"Je suis sélectionneur depuis 2006. Il y a eu d'autres situations où nous avons été confrontés à la défaite. Je ne ressens pas plus de pression maintenant qu'avant le Mondial 2006, ou 2010, ou 2014." Si Joachim Löw s'affirme serein en conférence de presse, la situation est peut-être différente en coulisses. "J'ai été surpris qu'il conserve son job" a déclaré l'ancien capitaine Michael Ballack. "Il était avec l'équipe depuis longtemps et parfois il faut admettre que les choses ne fonctionnent plus." Selon la presse alemande, le sélectionneur pourrait payer la note en cas de mauvaises performances en Ligue des Nations et une éventuelle relégation en Ligue B. Malgré un match terne, l'Allemagne a démarré par un nul contre les Bleus (0-0) et a encore toutes les cartes en main.  Cela passe par une victoire, ce soir, contre les Pays-Bas, avant un déplacement au Stade de France. 

Hugo Monier @hgo_mon