Didier Deschamps
Didier Deschamps | AFP

Didier Deschamps: "S'il y a de l'euphorie, on va être vite rattrapés"

Publié le , modifié le

A la veille du premier match disputé par l'équipe de France en tant que championne du monde en titre, Didier Deschamps, le sélectionner, a mis ses joueurs en garde. "S'il y a de l'euphorie, on va être vite rattrapés", a-t-il déclaré avant l'affrontement contre le champion du monde 2014: l'Allemagne. "Elle n'est pas passée d'une des favorites de la Coupe du monde à une équipe moyenne aujourd'hui, puisque le noyau dur est toujours là. Ça reste une équipe de haut niveau".

 "Pas senti de relâchement"

"Le climat est très gai, mais ça ne les empêche pas, quand ils (les joueurs français) sont en séance d'entraînement, de faire ce qu'il faut, de mettre de l'intensité. (deux jours pour se retrouver à Clairefontaine) C'est court, très court, avec des joueurs qui pour la plupart ont joué le dimanche. Ce n'est pas la meilleure configuration, même si les Allemands sont soumis à la même enseigne (sic). Mais j'ai pas senti de relâchement, au contraire c'est le bonheur d'être ensemble, de faire les choses ensemble comme d'habitude avec la compétition qui est là, qui nous attend, face à un adversaire de qualité".

"La vérité d'un match"

"S'il y a de l'euphorie, on va être vite rattrapés. Mais les risques ne viennent pas forcément de nous, il y a l'adversaire. Mais on a préparé avec le plus grand sérieux possible. Ça va être la vérité d'un match mais j'ai déjà dit que ce n'est pas un fardeau (le titre mondial) qu'on a à porter".

"Pas une équipe moyenne"

"L'Allemagne faisait partie des grands favoris de cette Coupe du monde, ça s'est mal passé (élimination dès la phase de poules, ndlr) mais la qualité de cette équipe allemande est là. Elle n'est pas passée d'une des favorites de la Coupe du monde à une équipe moyenne aujourd'hui, puisque le noyau dur est toujours là. Ca reste une équipe de haut niveau".

"Confiance" en Areola

"J'aurais préféré qu'ils (les gardiens Hugo Lloris et Steve Mandanda, qui ont déclaré forfait) soient là, mais j'ai totalement confiance en mes trois gardiens et en Alphonse Areola qui jouera demain avec nous. Il est venu déjà 29 fois (en équipe de France, comme troisième gardien), il connait bien le groupe et c'est quelqu'un qui est performant avec son équipe, le Paris Saint-Germain".

Pavard "ne se pose pas de question"

"Il était avec la sélection des Espoirs où il était performant, il est venu avec nous et il a été performant aussi. Je l'ai suivi toute la saison dernière avec Guy Stéphan (son adjoint) avec Stuttgart où il a été très bon, même si je l'utilise pas au même poste. C'est un vrai défenseur avec cette capacité d'avoir un bon placement, il a un bon volume de jeu. Beaucoup l'ont découvert durant cette Coupe du monde mais à partir du moment où je l'ai sélectionné, c'est que j'estimais qu'il aurait un rôle à jouer. L'inconnue, c'est le fait qu'il est jeune, qu'il n'avait pas d'expérience et que c'était sa première grande compétition. Mais comme je connais son caractère et son état d'esprit, il sait pourquoi il est là et il se pose pas de questions".

"Déçu" pour Griezmann

"Je suis déçu pour lui (Antoine Griezmann n'est pas finaliste pour le prix de joueur Fifa de l'année, ndlr). Je ne vais pas dire que c'est injuste, car les trois joueurs (Cristiano Ronaldo, Luka Modric et Mohamed Salah, ndlr) qui sont dans la course le méritent, mais je dirais qu'Antoine et d'autres joueurs français auraient mérité d'y être de part ce qu'ils ont fait au Mondial et avec leur club, et notamment Antoine avec sa victoire en Ligue Europa où il a été décisif en finale".

AFP