Zidane, la victoire ou la porte ?

Zidane, la victoire ou la porte ?

Publié le , modifié le

S'il remporte la finale de la Ligue des Champions samedi à Milan face à l'Atletico Madrid, Zinedine Zidane sera un héros. Celui qui aura redressé le Real et qui lui aura offert la 11e C1 de son histoire. S'il perd, en revanche, tout se compliquera pour le Français. Les Merengue n'auront alors rien gagné dans la saison et il se murmure déjà que les dirigeants du club seraient sur la piste d'un nouvel entraîneur. Le nom d'Unai Emery, l'actuel coach du FC Séville revient avec insistance...

On ne sait pas si Zindedine Zidane est un fan du groupe The Clash mais il y a une chanson qui résume parfaitement sa situation : "Death or Glory". La fin ou la gloire, tout dépendra en partie du résultat du derby madrilène en finale de la Ligue des Champions. Les faits sont terriblement basiques pour le Français. En dépit d'une magnifique "remontada" en Liga où le Real, un temps distancé de 13 points par le Barça, a fini à un petit point du rival catalan, les Merengue ont laissé filer le titre national. La Coupe du Roy ? Un fiasco puisque le Real a été éliminé sur le tapis vert pour avoir aligné un joueur suspendu (Cheryshev) face à Cadix.

Zinedine Zidane n'y est absolument pour rien puisqu'il n'avait pas encore pris la place de Rafael Benitez à ce moment-là. Il n'empêche, il ne reste plus que la Coupe aux grandes oreilles pour éviter la saison blanche. Tout Zinedine Zidane qu'il est, l'ex-meneur de jeu des Bleus ne survivrait peut-être pas à une défaite contre les hommes de Diego Simeone. Malgré sa côte d'amour auprès des socios madrilènes et des joueurs du Real, Cristiano Ronaldo en tête. Malgré un jeu beaucoup plus équilibré que sous l'ère Benitez. Malgré une victoire de prestige sur la pelouse de l'ennemi barcelonais (1-2). Tout cela pèserait bien peu si le club n'ajoute pas une ligne à son palmarès. 

Emery dans la salle d'attente ?

La contrainte du résultat, Zidane connaît et c'est détendu qu'il est apparu en conférence de presse.  "La pression, on l'a toujours. Même quand il y a très peu de journalistes présents, la pression est identique. Cela fait partie du travail et cela me plaît. J'ai été joueur et je l'avais aussi, mais j'aime ça". En revanche, il n'est pas dit qu'il goûte les rumeurs de son remplacement sur le banc alors que la finale n'est pas encore disputée ! La presse espagnole fait en effet état d'une prise de contact établie entre les émissaires de club madrilène et Unai Emery, l'entraîneur du FC Séville qui vient de remporter la Ligue Europa pour la 3e année consécutive. Si l'information était avérée, elle serait cruelle pour "Zizou", plus que jamais dans l'obligation de gagner samedi. Car, c'est bien connu, la nature a horreur du vide. Et le Real Madrid encore plus. 

Julien Lamotte