Arsène Wenger
Le manageur d'Arsenal, Arsène Wenger | AFP - MOHD RASFAN

Wenger : l'OM "n'a rien à perdre"

Publié le , modifié le

"Paradoxalement, c'est nous qui avons la pression" alors que l'OM est "encore plus dangereux car il n'a rien à perdre", a reconnu lundi l'entraîneur Arsène Wenger avant le match de poules de Ligue des champions entre Arsenal et Marseille, mardi à l'Emirates Stadium de Londres.

L'OM est-il plus dangereux maintenant qu'il est éliminé ?
Arsène Wenger
: "Oui, ils n'ont rien à perdre et ça les rend encore plus dangereux. Ils  ont un regain de forme et ont gagné leurs deux derniers matches.  Paradoxalement, c'est nous qui avons la pression alors que nous avons 9 points  et eux n'en ont pas. Mais c'est un peu normal car on rentre dans la phase décisive de la compétition".

Avec 12 points en comptant une victoire mardi, Arsenal ne sera toutefois assuré de rien...
A W
: "Tout à fait. C'est toujours le cas quand une équipe est à zéro point. Nous savons donc ce qui est en jeu et nous sommes déterminés à nous qualifier.  C'est un très gros match et nous pouvons aussi nous qualifier mardi selon le  résultat de Dortmund-Naples. Gagner est toujours bénéfique. La confiance de  l'effectif est vitale pour la saison. Nous voulons juste montrer que nous sommes forts et continuer de progresser. Il y a encore la place pour ça".

Cela vous inquiète-t-il d'avoir perdu trois de vos cinq derniers matchs  de Ligue des champions à domicile?
A W
: "Pas vraiment non, parce que parmi ces trois revers, il y en a un contre  le Bayern Munich la saison dernière, qui a ensuite remporté la compétition et  un autre cette année contre Dortmund le finaliste de l'an dernier. Et ensuite,  nous avons battu ces deux équipes chez elles. En général, nous sommes quand  même très solides à domicile en Ligue des champions".

Cette saison, votre équipe parvient à gagner sans toujours bien jouer...
A W
: "On a plus de maturité, surtout défensive, et on gère mieux les temps  faibles du match. On sait profiter des erreurs des adversaires. Ils essayent  vraiment de nous empêcher de jouer. Il faut que l'on progresse à ce niveau et  que l'on joue notre jeu même si les adversaires nous pressent très haut. Il  faut améliorer notre qualité offensive dans le jeu".

Comment jugez-vous l'évolution d'Olivier Giroud qui vient de retrouver  son efficacité?
A W
: "Je trouve qu'il a progressé dans sa justesse technique, dans sa  relation avec les autres et dans sa finition. Il maîtrise mieux les petits pas,  ses remises et il a trouvé un bon équilibre entre l'obsession de marquer, qui  est nécessaire chez un attaquant, et le besoin de faire jouer les autres.  Parfois, on arrive dans un grand club et on sait qu'on sera jugé sur le nombre  de buts marqués, on a beau leur dire que ce n'est pas important, ils savent  très bien que c'est important".

Que pensez-vous de la progression de Florian Thauvin ?
A W
: "C'était un transfert surprise pour moi. On le suivait et on était  intéressé par lui avant qu'il ne parte à Lille. Pour moi, c'est un des grands  espoirs du football français. Il va aller plus haut. Il a 20 ans. Aujourd'hui,  sa progression ne dépend pas de son talent mais de son mental. On peut dire que  pendant la période de transfert, il a montré un mental très fort mais on peut  aussi questionner son mental sur l'attitude qu'il a eue par rapport à Lille. L'avenir nous le dira".