Cristiano Ronaldo Real Madrid
Le Portugais du Real Madrid, Cristiano Ronaldo | AFP - NIKOLAY DOYCHINOV

Touché au pied, Ronaldo n'est pas rassuré

Publié le , modifié le

Cristiano Ronaldo a terminé la rencontre de Ligue des Champions contre le club bulgare de Ludogorets (2-1) en boîtant. Touché au pied gauche, le joueur portugais s'est montré inquiet au contraire de son entraîneur, Carlo Ancelotti, qui lui s'est voulu rassurant.

Le deuxième succès du Real Madrid en deux matches de Ligue des Champions pourrait laisser des traces. Face au club bulgare de Ludogorets, les Madrilènes ont bataillé pour arracher un succès 2-1 grâce à Karim Benzema - auteur de son 38e but en 66 matches de C1 - et l'inévitable Cristiano Ronaldo. Le Portugais, qui a d'abord raté un penalty, a ensuite inscrit son 12e but de la saison en sept rencontres, toujours sur penalty. Avec cette réalisation, il reprend une longueur d'avance sur son duel avec Lionel Messi (69 contre 68) dans la course au record de buts de Raul en Ligue des Champions (l'Espagnol est à 71). Mais la soirée s'est mal terminée puisqu'il a quitté la pelouse bulgare en boîtant, victime d'un coup en toute fin de match de la part du  Malgache Anicet Abel, averti sur cette action. Le Portugais est resté au sol durant de longues secondes semblant souffrir du pied gauche.

"Je suis inquiet sur la blessure, je verrai demain si ça va bien", a réagi Ronaldo après la rencontre. L'entraîneur Carlo Ancelotti s'est néanmoins voulu rassurant. "C'est un  coup à la cheville, je ne crois pas que ce soit important. C'est un peu de douleur, rien de grave", a dit le technicien italien en conférence de presse. S'il venait à être obligé d'observer une période de repos, Cristiano Ronaldo subirait un nouveau coup d'arrêt lui qui n'a pas été épargné ces derniers mois. Au printemps, il a souffert du tendon rotulien du genou, puis a connu une blessure musculaire à la cuisse gauche. Et fin août, une nouvelle alerte aux ischio-jambiers de cette même jambe lui ont valu près de trois semaines de repos forcé.