Thiago Silva
Le Brésilien Thiago Silva sera présent face à Valence, au contraire d'Ibrahimovic | AFP - KENZO TRIBOUILLARD

Thiago Silva, le retour du chef

Publié le , modifié le

Mercredi soir, le PSG joue sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions face à Valence. Pour ce rendez-vous, les Parisiens pourront compter sur leur défenseur central brésilien, Thiago Silva qui effectue son retour à la compétition après deux mois d'absence. Une bonne nouvelle pour un club qui sera privé d'Ibrahimovic, suspendu, et qui affiche quelques lacunes défensives ces derniers temps.

La sortie de Leonardo après la défaite à Reims (1-0) n'est pas passée inaperçue. "C'étaient des conditions difficiles, un terrain pas bon, un match basé sur la bagarre, le combat et de temps en temps on n'a pas la clé pour gagner des matches comme ça. On a peut-être une équipe faite pour l'Europe, basée sur le talent, la qualité de passes", avait commenté le directeur sportif. Une phrase, malheureuse, qui avait causé des remous, après une défaite qui tombait mal à cinq jours du match retour en Ligue des Champions contre Valence. Ebranlée, la défense parisienne par des Rémois sans complexe. Sans repère lors de ce deuxième revers à l'extérieur après celui concédé à Sochaux (3-2), deux semaines plus tôt.

Malgré les deux succès lors des deux Classicos contre Marseille en Ligue 1 et en Coupe de la Ligue, la dynamique positive s'est brusquement arrêtée. Dans ce contexte, le retour du "monstro" ("monstre" en brésilien), Thiago Silva, arrive à point nommé. Blessé au biceps fémoral le 11 janvier dernier contre Ajaccio, il revient pour rassurer un club et une arrière garde qui a encaissé sept buts lors des 10 dernières rencontres disputées sans lui, contre trois seulement lors 10 dernières avec lui sur la pelouse. Moitié moins. Tout sauf un hasard.

Un chef, un vrai

Durant l'absence de Thiago Silva, Carlo Ancelotti a bricolé et offert du temps de jeu aux remplaçants. La charnière centrale a souvent été modifiée en fonction des blessures et des compétitions. Aucun n'a démérité, mais dans l'esprit de l'Italien, il y a le Brésilien et les autres. Ainsi Papus Camara, Sylvain Armand ont parfois suppléé Mamadou Sakho et Alex, les habituelles doublures du Brésilien. L'entraîneur italien a aussi été contraint de faire tourner son brassard. Quatre joueurs (Matuidi, Jallet, Ménez et Armand) l'ont porté lors des quatre dernières rencontres. Un turnover qui n'apporte pas la sérénité qui fait défaut aux Parisiens actuellement. Alors que l'année 2013 avait bien débuté, ces deux défaites de suite à l'extérieur ont ravivé les doutes devant l'incapacité des Parisiens à "tuer" un championnat qui leur semble promis. Les déclarations de Leonardo en sont le symbole.

Le retour de Thiago Silva est aussi attendu pour cela. Pour remettre de l'ordre. D'autant plus que l'autre tête de gondole du recrutement parisien, celle qui est censée fédérer, Zlatan Ibrahimovic, oscille entre le bon (doublé contre Marseille en Coupe de la Ligue), le moyen (Sochaux, Marseille et Reims en championnat), voire le médiocre (son expulsion à Valence). Agacé et agaçant sur le terrain, énervé par les résultats à l'image de sa réaction, en suédois, en réponse à l'intervention de Leonardo dans les vestiaires après la défaite à Reims, il confirme sa réputation de soliste diva. Le Suédois sera suspendu face à Valence, tout comme Marco Verratti. Privé du dernier étage de sa fusée, Carlo Ancelotti est donc ravi de pouvoir compter sur son défenseur central, son homme de base. Il a d'ailleurs pris tout son temps avant le convoquer à nouveau, en le préservant face à Marseille en Coupe et Reims en championnat.

Aucun risque

"Physiquement, il a récupéré de sa blessure, mais je ne sais pas si c'est nécessaire de prendre un risque", avait prévenu Ancelotti vendredi avant le déplacement à Reims. "Le meilleur défenseur du monde", selon Nasser El Khelaïfi, est donc au top pour le rendez-vous que tous les Parisiens attendent. A la clé, une qualification pour les quarts de finale. Ses relances propres, sa présence dans les duels et dans les airs, son agressivité et son sens de l'anticipation devraient faire du bien face à Valence.

Quand Leonardo parlait de "talent", de "qualités de passes", il évoquait tout l'effectif, mais ces compliments peuvent également s'adresser à Thiago Silva .Une assurance-tout-risque au moment où Valence évoluera sans ses deux défenseurs centraux titulaires, Adil Rami et Ricardo Costa. Un handicap qui est désormais du passé pour le PSG. 

Vidéo: les attentes de Carlo Ancelotti

Voir la video

Vidéo: les parisiens préparent la venue de Valence

Voir la video