Sporting Portugal-Real Madrid : Cristiano Ronaldo remonte le temps

Sporting Portugal-Real Madrid : Cristiano Ronaldo remonte le temps

Publié le , modifié le

Ayant remis les pendules à l'heure en Liga, Cristiano Ronaldo retrouve mardi (20h45) la Ligue des champions et le Sporting Portugal, son club de jeunesse, qu'il va devoir éliminer pour envoyer le Real Madrid en huitièmes et viser les 100 buts en C1.

Quand le passé refait surface

Le grand retour de Ronaldo au stade José-Alvalade s'annonce riche en émotions: le natif de Madère, arrivé en métropole à l'âge de 12 ans, a été formé dans le club lisboète. C'est là que, moqué pour son accent insulaire, il s'est forgé un caractère avant de rejoindre Manchester United en 2003, à tout juste 18 ans. La suite est connue: un premier Ballon d'Or en 2008, un transfert "galactique" au Real Madrid en 2009, puis deux autres Ballons d'Or (2013, 2014) et des buts à la pelle. "C'est l'équipe qui m'a formé et que j'ai dans le coeur", résumait l'international portugais (31 ans) après la réception du Sporting au stade Bernabeu en septembre. Lors de ce match, Ronaldo avait égalisé in extremis sur coup franc et permis à l'équipe de Zinédine Zidane d'arracher la victoire 2-1. Mais par respect, il n'avait pas fêté son but. Et dans son édition de lundi, le quotidien portugais Record l'a représenté en Une avec un maillot mi-Sporting, mi-Real, et ce titre: "Coeur divisé". Les enjeux de mardi n'autorisent toutefois aucun état d'âme: les Madrilènes ont besoin au moins d'un nul pour atteindre les huitièmes de C1 pour la 20e saison consécutive... Mais cela éliminerait mécaniquement les Lisboètes, qui doivent pour leur part gagner pour entretenir l'espoir.

L'éternité est à portée

Outre la qualification, Ronaldo a un beau défi à relever à Lisbonne: il peut devenir le premier homme à atteindre la barre mythique des 100 buts en Ligue des champions. Il est à ce jour le meilleur buteur absolu de la compétition avec 96 unités (95 à partir de la phase de poules, 1 en tour préliminaire). Et marquer quatre buts mardi aurait sans doute un goût d'éternité pour lui. Dans une moindre mesure, un doublé aussi, puisque "CR7" compte au total 98 buts toutes compétitions européennes de clubs confondues. Cumuler ce genre de records n'est toutefois "pas une obsession", a assuré Ronaldo début novembre. "C'est bien de marquer des buts, mais cela fait partie d'un processus naturel", a-t-il dit au moment de prolonger son contrat avec le Real jusqu'en 2021. Ce qui est certain, c'est que son triplé samedi lors du derby contre l'Atletico Madrid en Championnat d'Espagne (3-0) a chassé les doutes nés de son automne frustrant et étoffé ses statistiques en club cette saison (10 buts toutes compétitions confondues). "Moi, je ne doutais pas de lui et je crois que l'équipe non plus", a assuré samedi soir le défenseur merengue Nacho. "Nous savons qui est Cristiano, il peut passer deux ou trois matchs sans marquer mais quand il revient, il revient fort."

L'heure du Ballon d'Or approche

C'est la dernière ligne droite pour le Ballon d'Or 2016, qui sera remis le 13 décembre par le magazine France Football. Et Ronaldo reste plus que jamais le favori pour décrocher le trophée une 4e fois, fort de ses sacres en Ligue des champions en mai et à l'Euro en juillet. "Il l'a démontré toute la saison dernière, il le démontre à chaque fois. On attend beaucoup de lui mais il est au-dessus de tout le monde", l'a encensé samedi l'entraîneur merengue Zinédine Zidane, Ballon d'Or 1998. Pour le technicien français, il n'y a d'ailleurs "pas débat" au sujet de l'attribution de la prestigieuse récompense, promise selon lui au Portugais. Bref, pour devenir quadruple Ballon d'Or en décembre, quel meilleur argument électoral qu'un quadruplé mardi ?

AFP