Luciano Spalletti
Luciano Spalletti a succédé à Rudi Garcia sur le banc de l'AS Rome | REUTERS/Rafael Marchante

Spalletti : "Je ne vais pas dresser des cages" autour de Ronaldo

Publié le , modifié le

Luciano Spalletti, l'entraîneur de l'AS Rome, estime que son équipe peut se qualifier face au Real Madrid en Ligue des Champions et prévient que mercredi lors du 8e de finale aller, il ne compte pas "dresser des cages" autour de Cristiano Ronaldo.

Vous avez éliminé le Real en 2008. Déjà à l'époque, la Roma n'était pas  favorite...
Luciano Spalletti: "Il n'y a pas de favoris, je pense. On a 50% de chances de passer. Et il  y a sans doute des différences entre les deux Roma. Celle de 2008 avait une  tactique installée, un système bien connu des joueurs et qui avait produit des  résultats. Aujourd'hui nous travaillons, nous cherchons. Nous sommes sur un  chemin qui doit permettre de révéler les qualités de notre groupe. Mais il faut  confirmer. Et ce match contre le Real est le plus indiqué pour savoir si on est  sur le bon chemin. Mais je suis très confiant. J'ai vu mes joueurs très  impliqués et ils progressent. Je ne serais pas ébloui si la Roma passait ce  tour."

Et quelles différences voyez-vous entre le Real de 2008 et celui  d'aujourd'hui ?
LS: "Le Real d'aujourd'hui me semble être une équipe qui contre-attaque  mieux. Celui d'avant t'étouffait dans le jeu. Celui d'aujourd'hui est  impitoyable en contre-attaque, d'une rapidité extraordinaire. Je parlais avec  un journaliste de Madrid qui me disait +mais ils ne pressent pas, ils restent  au milieu+. Mais pour moi, c'est justement leur meilleure arme. Ces joueurs qui  restent au milieu sont ceux qui peuvent repartir et marquer en trois secondes."
   
Il y a certaines réserves autour du niveau de Cristiano Ronaldo cette  saison. Le trouvez-vous moins fort ?
LS: "Non, il est toujours au même niveau. Ronaldo est un des joueurs les  plus forts du monde. Sa première qualité, c'est la continuité. Il peut toujours  faire la différence. C'est un footballeur moderne, physique, rapide et qui  marque. Mais je ne vais pas dresser des cages autour de lui. Je ne vais pas  mettre trois joueurs sur lui, je ne vais pas dire à mes joueurs qu'ils valent  1/3 de Ronaldo. Sinon il m'en faudrait 33. Je leur dis qu'ils peuvent être au  même niveau que lui."

AFP