RIbery Griezmann Atletico Bayern
Antoine Griezmann et Franck Ribery | PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP

Solide, l'Atletico se paye le Bayern

Publié le , modifié le

Dans le choc de la deuxième journée de Ligue des champions, l'Atletico Madrid s'est imposé à domicile contre le Bayern Munich (1-0). Carrasco a inscrit le seul but de la rencontre en première mi-temps et Antoine Griezmann a manqué un pénalty en fin de rencontre. Avec cette victoire, les Madrilènes prennent la tête du groupe D après deux victoires en autant de rencontres. Le Bayern est deuxième avec 3 points.

Pourquoi profiter de temps morts quand on peut jouer sur un rythme élevé pendant 90 minutes ? Dans un stade Vicente Calderon chauffé à blanc, Atletico et Bayern ont livré une prestation de haut vol et offert un beau spectacle aux 50 000 spectateurs venus assister à la rencontre.

En terre madrilène, c’est l’Allemand Thomas Müller qui frappe le premier mais sa reprise de volée est repoussée par Jan Oblak. Muet depuis le début de la saison en Bundesliga, l’attaquant du Bayern a inscrit son seul but lors de la première journée de la Ligue des champions contre le FC Rostov (5-0). Pour une deuxième réalisation, il faudra encore patienter.

Une histoire de poteau

A Madrid, ce sont les gardiens qui s’illustrent en ce début de rencontre. Sur une frappe de Yannick Carrasco à la trajectoire vicieuse, Manuel Neuer sort lui aussi sa parade (0-0, 18e). Quelques minutes après cette occasion, le gardien allemand doit cette fois-ci son salut à son poteau gauche qui empêche Fernando Torres d’ouvrir le score de la tête. Il ne le sait pas encore, mais celui-ci lui fera défaut une dizaine de minutes plus tard. Après avoir récupéré le ballon dans la partie de terrain bavaroise, Antoine Griezmann élimine Jerome Boateng et sert Carrasco dans la profondeur. En dehors de la surface, le Belge décoche une frappe à ras de terre qui heurte le poteau avant d’entrer dans les buts (1-0, 35e).

Loin d’être assomé par cette ouverture du score, le Bayern réagit dans la foulée par l’intermédiaire de Franck Ribery mais la frappe du Français passe de peu à côté du cadre. Dans un match engagé où 5 cartons jaunes ont été distribués, l’Atletico décide de jouer la prudence après avoir pris l’avantage. Le bloc des Colchoneros redescend d’un cran pour attendre les Allemands au milieu du terrain.

Attendre et jouer en contres

Et la stratégie du dos rond porte ses fruits. Avec beaucoup de sérénité, la défense madrilène laisse passer l’orage comme lorsque David Alaba et Ribery combinent dans la surface avant que le latéral ne tente sa chance du pointu. Mais Oblak sur la trajectoire repousse des deux poings. L’Atletico joue alors le coup en contres. Carrasco est tout prêt de doubler la mise d’une nouvelle frappe de loin mais cette fois-ci Neuer est sur la trajectoire et détourne le ballon (1-0, 67e).

Dans les vingt dernières minutes, le Bayern pousse pour égaliser. Lewandowski est d’ailleurs tout prêt d’y arriver mais sa tête décroisée fuit le cadre. C’est finalement Griezmann qui est prêt d’enfoncer le clou sur penalty après une grossière faute d’Arturo Vidal sur Filipe Luis. Mais sa frappe puissante vient mourir sur la transversale de Manuel Neuer, battu sur le coup (1-0, 83e). Pour le Français, qui avait marqué trois buts lors de ses deux derniers matchs face au gardien allemand, la série s’arrête là. En toute fin de rencontre, Arjen Robben, rentré en cours de jeu, place une derrière tête qui atterrit directement dans les bras d’Oblak.

Auteur d’un match solide et maîtrisé, l’Atletico Madrid remporte une victoire précieuse face à son adversaire direct pour la première place de cette poule D. Avec ce succès, les Madrilènes prennent la tête du groupe mais surtout un avantage psychologique : ils sont les seuls à avoir battu deux fois le Bayern depuis la saison dernière, toutes compétitions confondues. La bête noire des Munichois est toute trouvée.