Diego Simeone
L'entraîneur de l'Atletico Madrid, Diego Simeone | AFP - EVRIM AYDIN

Simeone: "A la guerre, celui qui utilise le mieux ses soldats gagne"

Publié le , modifié le

L'entraîneur de l'Atletico Madrid Diego Simeone a déclaré mardi ne pas redouter les variantes de jeu que pourrait déployer le Bayern Munich mercredi en demi-finale aller de Ligue des champions, ajoutant que celui qui saura utiliser "le mieux ses soldats" gagnera "la guerre".

Demi-finaliste de C1, en lice pour le titre en Liga... Votre saison semble déjà réussie. Cela vous enlève-t-il de la pression ?

Diego Simeone: "Nous ne pensons pas à cela. Nous pensons à ce que nous allons vivre, ce qui est en jeu, la grande opportunité qui se présente à nous. Demain (mercredi), nous jouerons ce match. Nous devons nous concentrer sur une seule chose: gagner."

Ce match oppose une excellente défense, l'Atletico, à l'excellente attaque du Bayern. A quel type de match vous attendez-vous ?

D. S.: "Les chiffres montrent que le Bayern aussi défend bien, et qu'il attaque bien. Nous, nous avons de bonnes ressources en défense mais pour gagner, nous avons besoin de marquer. C'est ce que nous essaierons de faire dans ce match."

On a beaucoup parlé de votre expulsion pour un jet de ballon sur la pelouse samedi contre Malaga (1-0). Avez-vous d'autres tours dans votre manche?

D. S.: "Penser à gagner."

Ce match aller peut-il être déterminant dans cette double confrontation ?

D. S.: "Je m'attends à un match dur, face à un adversaire qui dispose d'énormément de capacités de proposition en attaque et face à un entraîneur (Pep Guardiola) qui aime innover. Notre équipe essaiera d'amener les choses sur un terrain où elle est à l'aise. Ce sera un match important pour se qualifier."

Les variantes offensives du Bayern vous effraient-elles ?

D. S.: "Il est clair que l'entraîneur adverse et ses joueurs sont capables de proposer des choses différentes, avec des caractéristiques différentes dans leur jeu et cela renforce énormément le Bayern Munich. Mais à la guerre, ce n'est pas celui qui a le plus de soldats qui gagne, c'est celui qui les utilise le mieux."

L'Atletico a-t-il un esprit de revanche par rapport à la finale de C1 perdue face au Bayern en 1974 (1-1 a.p., 0-4) ?

D. S.: "Dans la vie comme dans le football, il n'y a pas de revanches. Il n'y a que de nouvelles opportunités."

AFP