Sergio Ramos
"Nous méritions depuis tant d'années de savourer une telle victoire", a lancé Sergio Ramos | FRANCISCO LEONG / AFP

Sergio Ramos, l'âme du Real

Publié le , modifié le

Sergio Ramos, grâce à un coup de tête dans les arrêts de jeu de la finale de la Ligue des champions, a permis au Real Madrid d'arracher la prolongation face à l'Atletico Madrid, finalement battu 4-1. Déjà double buteur face au Bayern Munich en demi-finale, le défenseur espagnol est le grand artisan de la "Decima".

On attendait Cristiano Ronaldo. Le Portugais, sur cette finale, n'aura pas pesé si ce n'est pour inscrire le 4e but du Real face à une défense de l'Atletico qui avait déjà rendu les armes. Gareth Bale, en inscrivant le 2e but des Merengue, avait su faire basculer cette finale, tout comme Di Maria, l'auteur de l'accélération fatale. Mais le vrai héros madrilène jouait en défense centrale. Sergio Ramos a survolé la nuit lisboète de toute sa classe, de toute sa grinta. De la tête et des épaules. De la tête surtout. 

Docteur Sergio et Mister Ramos

Déjà, lors du match retour face au Bayern Munich, l'international espagnol avait décanté la situation grâce à deux coups de tête surpuissants. Cette fois, il a attendu les ultimes secondes pour utiliser son arme favorite. Alors que la Ligue des Champions semblait se refuser une nouvelle fois au Real, l'ex-joueur du FC Séville s'est détendu pour smasher un ballon hors de portée du double mètre de Thibaut Courtois. L'explosion de joie du sanguin Sergio Ramos, l'âme du Real, était à la hauteur de l'exploit. Son début de match, cependant, laissait craindre le pire, le côté obscur d'un joueur toujours prompt à mettre de l'huile sur le feu quand il est venu se frotter à Raul Garcia. Mais il a su progressivement reprendre ses esprits pour terminer en trombe une finale mal engagée. La marque des grands, la force de l'expérience. 

Réduire Sergio Ramos à un jeu de tête exceptionnel (détente, timing, puissance) serait toutefois injuste. L'Espagnol, quand il parvient à maîtriser ses nerfs, n'a certainement pas d'équivalent dans le monde en ce moment. Ses relances n'ont peut-être pas la précision de celles de Thiago Silva ou de Kompany mais, en un contre un, il est quasiment infranchissable. Meneur d'hommes hors pair, cet ancien latéral s'est toujours battu comme un lion, même au sein de son propre club où sa place de titulaire n'a pas toujours été assurée, que ce soit face à la concurrence de Varane ou à celle de Pepe. Après cette finale, la question ne se posera plus. Après la finale, Sergio Ramos ne s'appesantissait pas sur sa performance individuelle et préférait retenir l'effort collectif : "Nous méritions depuis tant d'années de savourer une telle victoire. Ce soir  nous avons marqué l'histoire devant un magnifique rival. C'est une victoire de  tous les supporteurs du Real Madrid. Nous allons la fêter avec les gens". Ainsi parlait le héros de tout un peuple.

Julien Lamotte