Lionel Messi
Le joueur du FC Barcelone Lionel Messi | DPPI - MANUEL BLONDEAU

On a retrouvé Lionel Messi

Publié le , modifié le

Lionel Messi était attendu pour ce grand rendez-vous européen et l’Argentin n’a pas déçu. Buteur, il a également éclairé le jeu de son équipe et a été un danger constant pour la défense de City. Si le Barca a été convaincant par moments, il le doit à sa "Pulga".

Ce 8e de finale retour a tenu toutes ses promesses. Dans le jeu, les deux équipes les plus prolifiques d’Europe se sont rendu coup pour coup. Et comme souvent chez les Blaugrana, qui se sont qualifiés pour les quarts de finale, la lumière est venue de Lionel Messi. Depuis son retour à la compétition début janvier, l’Argentin était sur courant alternatif. Un constat cruel quand on voit les chiffres. Le natif de Rosario est toujours efficace certes (13 buts et 9 passes décisives en 15 rencontres), mais plus aussi rayonnant qu’avant sa blessure. Cette grande soirée européenne était l’occasion pour lui de rappeler qu’il est bien trop tôt pour l’enterrer. Et dès les premières minutes, il a montré toute son envie.

Positionné comme d’habitude à la pointe de l’attaque barcelonaise avec Iniesta et Neymar à ses côtés, il a fait ce qu’il fait toujours : dézoner, décrocher, pour mieux accélérer et créer des brèches. Ses premières accélérations ont créé le danger sur les buts de Joe Hart. Joleon Lescott a d’abord été obligé de le stopper irrégulièrement dans la surface (8e minute) avant que Vincent Kompany ne revienne en catastrophe sur sa ligne pour le stopper (12e minute).

Coup de rein et patte gauche

Quand ce ne sont pas les défenseurs qui se trouvaient sur son chemin, c’est le poteau qui a retardé l’échéance (51e). Sur cette action, il avait une nouvelle fois fossé compagnie à Joleon Lescott et à la défense de City. Les accélérations qui faisaient si mal aux adversaires, le public du Camp Nou les a retrouvées ce mercredi soir. Vincent Kompany, pourtant un des meilleurs centraux du monde, s’est plusieurs fois fait mettre dans le vent notamment en fin de première période où le duo crochet court-accélération a fait des dégâts. Mais mercredi soir, la victime préférée de l’Argentin a été l’Anglais Lescott. Déjà mis à mal sur l’action qui a mené au poteau, le défenseur central a carrément lancé Messi dans la surface pour un face-à-face avec Joe Hart.

L’Argentin a alors donné la preuve qu’il n’avait rien perdu de sa lucidité. Après un contrôle du droit pour s’amener le ballon, son extérieur du gauche a fait mouche. Par son implication et son état d'esprit - on l'a notamment vu revenir en défense aider ses coéquipiers en début de match - il a symbolisé les meilleures dispositions du Barca. "Nous avons eu des faux pas très graves,  surtout dans la manière de jouer et l'image que nous avons laissée.  Aujourd'hui, nous sommes redevenus le Barcelone que nous aimons et que les gens  attendent, et je crois que nous avons battu un adversaire très difficile", a-t-il déclaré après la rencontre.

Réponse aux critiques

Avec ce huitième en C1 cette saison, Messi se rapproche un peu plus du recordman de buts en Ligue des Champions, l’Espagnol Raul (67 réalisations contre 71). Mais il est le seul à avoir inscrit autant de buts sous le maillot d’un même club. Cette ouverture du score a libéré ses partenaires. Moins mobile sur la fin, il a attendu les coups. Sur l’un d’eux, il a parfaitement servi Cesc Fabregas qui a buté sur Joe Hart (86e). En un soir, Messi a fait taire certaines critiques qui s’étaient élevées en Catalogne. Des critiques qu'il a tenu à dédramatiser au micro de Canal+ Espagne. "Il y a eu des  exagérations. Nous sommes les premiers critiques, nous savions que nous ne  faisions pas les choses comme nous l'aurions dû et que nous perdions nos  chances dans un match important qui nous aurait permis de rester en haut (du  classement), mais ça ne veut pas dire que le championnat est perdu, il reste beaucoup de chemin". Si tout n’a pas été parfait – il a parfois mal négocié certaines attaques et perdu quelques ballons en dribblant – la "Pulga" a peut-être véritablement lancé sa fin de saison où les choses sérieuses vont s’accumuler jusqu’à ce fameux Mondial au Brésil. 

Le tweet d'Optajean

Benoit Jourdain @BenJourd1