Retour des joueurs du PSG : défilés et rassemblements interdits à Paris

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Bus PSG Lisbonne

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a décidé lundi d'interdire "les défilés et rassemblements liés" à la Ligue des champions dans la capitale, poussant les supporters parisiens à annuler leur regroupement autour du Parc des Princes pour le retour des joueurs du PSG.

L'interdiction sera en vigueur "à partir de 14H30 lundi jusqu'à 06H00 mardi" et "partout dans la capitale", précise le préfet de police dans un communiqué. Didier Lallement explique sa décision en raison des "dégradations et des violences inacceptables qui n'ont rien à voir avec le football (et qui) ont gravement entaché la soirée" pendant et après la finale de Ligue des champions entre le Bayern Munich et le Paris SG, perdue par les Parisiens à Lisbonne (1-0).

à voir aussi PSG - Bayern Munich : Déception des supporters du PSG, des heurts avec la police à Paris PSG - Bayern Munich : Déception des supporters du PSG, des heurts avec la police à Paris

Outre cette interdiction des défilés et rassemblements, il a été décidé d'interdire l'ouverture "des bars, débits de boisson et restaurants ainsi que la consommation de boissons alcooliques sur la voie publique dans le secteur" du Parc des Princes à partir de 16H30 lundi jusqu'à 06H00 mardi. Le préfet précise aussi que les forces de l'ordre "continueront d'assurer un dispositif renforcé de sécurisation" dans l'après-midi et la soirée de lundi. Les joueurs du PSG ont quitté leur hôtel de Lisbonne en tout début d'après-midi et devaient être de retour à Paris plus tard dans l'après-midi.

"L'acharnement" de la préfecture

Le Collectif ultras Paris (CUP), principal groupe de supporters parisien, avait initialement appelé à un rassemblement à 17h00 au Parc des Princes pour soutenir les joueurs. Il a dû se résoudre à annuler son appel, dénonçant dans un communiqué "l'acharnement de cette préfecture à notre encontre".

"En cause l'arrêté préfectoral de M. Lallement qui ne souhaite en aucun cas voir notre ville en fête", a-t-il encore précisé.

Dimanche soir, plus de 150 personnes, dont un tiers de mineurs, ont été placées en garde à vue à Paris après des heurts avec les forces de l'ordre et des dégradations qui ont émaillé la soirée de la finale de la Ligue des champions.

AFP