Réforme de la C1: l'UEFA présente un "projet" qui fait débat

Publié le

Auteur·e : AFP
Réforme de la C1

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'UEFA a présenté mercredi aux Ligues européennes un "projet" controversé de nouvelle Ligue des champions à partir de 2024, favorable aux plus gros clubs, lors d'une réunion à son siège suisse de Nyon, d'après l'AFP.

La Ligue des Champions pourrait bien changer de visage à partir de 2024. Selon la base de travail discutée ce mercredi, il y aurait bien quatre poules de huit équipes, donc beaucoup plus de matches européens qu'actuellement pour chaque club engagé, et un système de promotion-relégation favorable aux plus grosses écuries. "Aucune décision n'a été prise. Jusqu'ici, ce ne sont que des idées et des opinions", a toutefois tempéré le président de l'instance européenne Aleksander Ceferin dans un communiqué. Il n'y aurait, en revanche, pas de matches européens le week-end, ce qui aurait suscité une levée de boucliers des Ligues européennes, qui défendent l'attractivité de leurs championnats respectifs, et avaient fait part de leurs profondes inquiétudes mardi à Madrid, à la veille de cette réunion en Suisse. "Le processus démarre. Nous verrons comment les discussions et les négociations évoluent", a sobrement réagi mercredi l'association des Ligues professionnelles (European Leagues) dans une déclaration à l'AFP.

Une compétition plus fermée

Le directeur général de la Ligue française (LFP), Didier Quillot, n'a pas voulu faire de "commentaire", mais a confirmé que l'UEFA a réalisé "une présentation détaillée" de ce projet de C1, s'apparentant à une compétition plus fermée. Mardi à Madrid, il avait demandé à l'instance européenne de "revoir sa copie" en affichant ses craintes sur le "nombre de matches (...) ou la création d'une Ligue de facto fermée, nous n'en voulons pas. Nous ne voulons pas mettre en difficulté nos recettes, nos droits TV", avait-il prévenu. Dans cette nouvelle C1, les cinq meilleures équipes de chaque poule seraient directement qualifiées pour l'édition suivante, indépendamment de leur classement en championnat, ce qui réduirait de facto l'interêt des compétitions domestiques. En France, seul le PSG, qui survole le championnat grâce à ses puissants propriétaires qataris, s'est montré favorable à cette réforme. 
 

AFP